Archives pour la catégorie Editorial

Horizon Elections

L’ ALLIANCE WALLONIE-FRANCE S’EXPRIME

Plutôt que de citer le nom de candidats qui ont notre faveur dans les partis politiques démocratiques qui font tout et parfois n’importe quoi pour obtenir votre vote, le Conseil Général de l’A.W.F., mouvement pluraliste, lanceur d’alertes, a décidé de renoncer à vous donner des noms de candidats, mais plutôt de tracer des pistes qui vous permettent de choisir un vote qui soit bénéfique à l’avenir de la Wallonie. Nous faisons confiance à votre sagacité pour lire entre les lignes et trouver des « chirurgiens » qui abandonneront les slogans faciles pour emprunter un discours courageux.

A tous ceux qui nous interrogent et sollicitent notre avis, nous tenons tout d’abord à rappeler qui nous sommes et à exposer les enjeux et les matières à débattre avant de déposer un bulletin de vote dans l’urne.

  1. L’Alliance Wallonie-France (AWF) est un mouvement citoyen et non un parti politique. Elle est d’essence républicaine, laïque, démocratique, pluraliste et sociale. Ses adhérents sont résolument convaincus que notre seul salut réside dans l’intégration-autonomie de la Wallonie dans la France.
  2. Dans l’Etat belge en voie d’évaporation programmée (2020 pour la NV-A et le Vlaams Belang, 2024 pour le CD&V et l’Open-VLD), avec une septième réforme de l’Etat qui mettra fin à la solidarité sociale interrégionale, nous soutenons tout candidat de toute formation démocratique qui affirme sincèrement ses convictions régionalistes.
  3. Toutes les législations précédentes ayant uniquement satisfait les besoins de la Région flamande, nous soutenons les candidats qui exigent des réalisations concrètes en faveur de la Wallonie qui a besoin de tout et qui ne demande jamais rien.
  4. Aucun Etat ne peut survivre sans solidarité interrégionale. Ceux qui voteront la scission de la Sécurité sociale achèveront l’Etat belge sans avoir préparé la survie de la Wallonie. Après un tel vote, la Wallonie se trouvera piégée dans un Etat confédéral qui se désintéressera de son sort. Le débat sur l’après-Belgique doit être ouvert sans délai et le principe de précaution doit être un souci primordial pour nos représentants. Nous soutiendrons donc ceux qui auront le courage d’assumer leurs responsabilités.
  5. Dans l’intérêt de la Wallonie en permanence défavorisée et pour des raisons d’économie, nous soutiendrons les candidats qui se prononceront pour un transfert à la Région wallonne de toutes les compétences de la Communauté française.
  6.  Nous soutiendrons tout candidat qui se prononcerait pour une refonte et une harmonisation des compétences des Provinces wallonnes.  
  7. Il va de soi que le maintien acquis des structures publiques renforçant la cohésion économique et sociale reste une nécessité de cohérence dans une économie qui ne cède en rien les missions de régulation aux intérêts privés, face aux intérêts collectifs, ceci après nécessaires assainissements.
  8. Notre soutien à l’Europe vise notamment la priorité absolue des urgences climatiques et des harmonisations sociales. Toutefois, nous refusons que les mesures prises ne jouent une fois de plus en défaveur de la Wallonie face à une Flandre encline à lui faire payer ce qu’elle se refuse à elle-même.
  9. Nous refusons tout diktat wallon de s’interdire de contacter une quelconque formation démocratique flamande, quelle que soit la portée des discussions, y compris celles relatives à une fin pacifique de la Belgique.
  10. Convaincus qu’à lire entre les lignes, un électeur perspicace y trouvera les candidats proches de ses aspirations à plus de justice sociale, fiscale, distributive, il nous reste à signaler qu’à ce jour l’AWF n’a pas été sollicitée pour soutenir une ou plusieurs candidatures. Si tel devait être le cas et dans le respect de ce qui précède, après analyse, nous ne manquerions pas d’en faire état sur notre site (www.alliancewalloniefrance).
  11. Le « chirurgien » dont nous parlons sur notre site sera le candidat qui se prononcera ouvertement pour l’union de notre chère Wallonie à la France, à commencer par exiger du Parlement wallon qu’il active enfin les accords de coopération signés en 1999 et 2005 entre lui et la France.

Rappel important

Rappel important

Je me permets de vous rappeler l’Assemblée Générale Extraordinaire Ouverte de l’ Alliance Wallonie France qui se déroulera le samedi 11 mai 2019 dès 9.45 au Théâtre de Namur, 2, Place du Théâtre à 5000 Namur.

Ordre du jour :

° 9.45 Accueil des participants, remerciements et brève genèse de l’A.W.F. par le Président sortant

° 10.00 Présentation et discours du candidat à la présidence de l’A.W.F. , M. Nicolas THIRION, professeur de droit à l’Université de Liège

° 10.30 Prise de parole par le Président d’assemblée qui explique les modalités des deux votes (X) et (XX) qui vont être demandés aux membres de l’A.W.F. (pour rappel, seuls les affiliés en ordre de cotisation seront admis au vote).

(X) Vote sur la prolongation du mandat des Membres du C.G. (Conseil Général) élus lors de l’ A.G.O. du 28.04.2018

(XX) Vote pour la Présidence de l’A.W.F.

Dépouillement

° 10.45 Proclamation des résultats. Brève allocution du Président élu, questions des participants à l’A.G. et réponses du président.

° 11.15 Discours du Professeur HEC de l’ Ulg, M. Jules GAZON : « l’Avenir de la Wallonie »

° 12.00 Verre de l’amitié offert par l’A.W.F.

Paul DURIEUX,

Président sortant et fondateur de l’A.W.F.

INFORMATIONS

Comme nos statuts le prévoient :

° chaque membre a reçu un appel à candidature pour se porter candidat à la Présidence de l’ A.WF. et membre de son Conseil Général, organe directeur du mouvement

° seule la candidature de M. Nicolas THIRION nous est parvenue pour la présidence.

° en ce qui concerne les membres du Conseil Général, il appartiendra à l’A.G., organe suprême de l’A.W.F. de se prononcer par un vote (appelé X dans l’ordre du jour) à bulletin secret sur la prolongation à 2 ans du mandat de leurs membres afin de faire coïncider la durée des deux mandats (Président et Membres du Conseil Général). Voilà pourquoi notre A.G. sera extraordinaire.

° c’est le Conseil Général qui choisira les membres et les tâches de celles et ceux qui formeront le B.E. (bureau exécutif) qui aura la lourde charge de conduire l’A.W.F. au jour le jour.

° notre A.G. sera aussi ouverte. Tout citoyen soucieux de l’avenir de la Wallonie sera accueilli parmi nous le samedi 11 mai avec ferveur et fraternité

° mon départ dans les Cévennes fin mai ne signifie en rien que je quitte l’A.W.F. Mon rôle sera de fédérer au sein de l’A.W.F. les nombreux Wallons qui ont décidé d’établir leur résidence principale en France.

° VIVE LA WALLONIE, VIVE LA FRANCE !

Paul DURIEUX

Nous formulons l’espoir que les médias répondront à l’invitation qui leur a été adressée.

A.G.E.O de l’ A.W.F.

Je me permets de vous rappeler l’Assemblée Générale Extraordinaire Ouverte de l’ Alliance Wallonie France qui se déroulera le samedi 11 mai 2019 dès 9.45 au Théâtre de Namur, 2, Place du Théâtre à 5000 Namur.

Ordre du jour :

° 9.45 Accueil des participants, remerciements et brève genèse de l’A.W.F. par le Président sortant

° 10.00 Présentation et discours du candidat à la présidence de l’A.W.F. , M. Nicolas THIRION, professeur de droit à l’Université de Liège

° 10.30 Prise de parole par le Président d’assemblée qui explique les modalités des deux votes (X) et (XX) qui vont être demandés aux membres de l’A.W.F. (pour rappel, seuls les affiliés en ordre de cotisation seront admis au vote).

(X) Vote sur la prolongation du mandat des Membres du C.G. (Conseil Général) élus lors de l’ A.G.O. du 28.04.2018

(XX) Vote pour la Présidence de l’A.W.F.

Dépouillement

° 10.45 Proclamation des résultats. Brève allocution du Président élu, questions des participants à l’A.G. et réponses du président.

° 11.15 Discours du Professeur HEC de l’ Ulg, M. Jules GAZON : « l’Avenir de la Wallonie »

° 12.00 Verre de l’amitié offert par l’A.W.F.

Paul DURIEUX,

Président sortant et fondateur de l’A.W.F.

INFORMATIONS

Comme nos statuts le prévoient :

° chaque membre a reçu un appel à candidature pour se porter candidat à la Présidence de l’ A.WF. et membre de son Conseil Général, organe directeur du mouvement

° seule la candidature de M. Nicolas THIRION nous est parvenue pour la présidence.

° en ce qui concerne les membres du Conseil Général, il appartiendra à l’A.G., organe suprême de l’A.W.F. de se prononcer par un vote (appelé X dans l’ordre du jour) à bulletin secret sur la prolongation à 2 ans du mandat de leurs membres afin de faire coïncider la durée des deux mandats (Président et Membres du Conseil Général). Voilà pourquoi notre A.G. sera extraordinaire.

° c’est le Conseil Général qui choisira les membres et les tâches de celles et ceux qui formeront le B.E. (bureau exécutif) qui aura la lourde charge de conduire l’A.W.F. au jour le jour.

° notre A.G. sera aussi ouverte. Tout citoyen soucieux de l’avenir de la Wallonie sera accueilli parmi nous le samedi 11 mai avec ferveur et fraternité

° mon départ dans les Cévennes fin mai ne signifie en rien que je quitte l’A.W.F. Mon rôle sera de fédérer au sein de l’A.W.F. les nombreux Wallons qui ont décidé d’établir leur résidence principale en France.

° VIVE LA WALLONIE, VIVE LA FRANCE !

Paul DURIEUX

Nous formulons l’espoir que les médias répondront à l’invitation qui leur a été adressée.

Par le train, vous y seriez déjà

Surprise pour les voyageurs embarqués à Liège à bord du train de 17h. en direction d’Ostende le 1er mai. L’itinéraire leur a été donné … en flamand ! Une manière comme une autre d’affirmer la justesse du nouveau slogan de la SNCB « par le train, vous y êtes déjà ! » Un slogan inspiré de celui de l’ancienne compagnie aérienne belge « Par Sabena, vous y seriez déjà ».

P-J André, journaliste et animateur du blog liege28

Commentaire de l’A.W.F. : et lorsque, comme nous y poussent toutes les invitations des médias belges à devenir d’excellents bilingues néerlandais-français, nous n’aurons plus de raison de réagir à une telle situation… Pourquoi se plaindre alors que nous serons sensés comprendre le néerlandais ?

paul D

Les dirigeants politiques wallons tout parti confondu nous mentent. Hélas !!!

Entrepreneur wallon, où es-tu?

25 avril 2019 19:31

On crée moins d’entreprises au sud du pays

On a envie de se réjouir en découvrant dans l’Atlas des créations publié par le bureau Graydon que pour la première fois dans l’Histoire, plus de 100.000 entreprises ont été fondées en Belgique l’an dernier. Un record qui marque une progression de 5,3% sur un an. Et quand on soustrait de ce total le nombre de fermetures d’entreprises enregistrées en 2018, on obtient encore 22.607 créations nettes, ce qui signifie une hausse de 1,88% de l’effectif global des entreprises.

Certes en progression, les deux statistiques marquent un petit essoufflement par rapport à l’excellent cru 2017 (+ 5,8% et + 2,45%).

Mais quand on regarde la répartition des chiffres entre les trois Régions, le bilan s’avère beaucoup moins positif…Pendant que la Flandre accueillait cent nouveaux starters nets, la Wallonie en accueillait six…

Un coq qui a bien pâle figure représentant bien la situation réelle de la Wallonie… HELAS !!!

Vous entreprenez ? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes ? Rejoignez la communauté des entrepreneurs :

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d’entreprise wallons et l’ensemble de nos articles.

La Flandre cartonne dans les deux classements. Elle a enregistré 11,6% de starters en plus et 14.970 nouvelles entreprises nettes. Bruxelles rend une copie honorable: + 5,2% et une croissance nette de 2.913 unités. 

La Région wallonne, en revanche, stagne lourdement: – 0,2% et à peine 932 nouvelles entreprises en net. En réalité, le sud du pays a vu presque autant de fermetures (23.525) que de créations (24.457): la différence n’est positive que de 3,8%.

Par comparaison, le nord a recensé 25,7% de créations en plus que de fermetures et Bruxelles, 23%. Autre mesure de l’écart : pendant que la Flandre accueillait cent nouveaux starters nets, la Wallonie en comptait six… C’est grave, Docteur ?

Cela montre en tout cas que le chantier ouvert en Wallonie pour y relancer l’entrepreneuriat est encore loin de donner les résultats espérés et que les plans Marshall successifs n’ont pas bouleversé les mentalités.

À la présentation de l’Atlas, l’Union des classes moyennes a évoqué le déficit d’image qui affecte toujours l’entrepreneur au sud du pays. Elle a aussi parlé d’une plus grande aversion au risque en Wallonie, en regard du taux d’emploi régional : c’est un cercle vicieux, puisqu’on se lance plus volontiers comme indépendant quand on a plus de chance de retrouver un job… donc au nord plutôt qu’au sud.

Ce qui agrandit encore le fossé entre les Régions. On parle souvent des champions wallons, et il y en a, mais c’est le petit peuple des humbles starters qui a besoin de stimuli.

Michel Lauwers, Journaliste Source : L’Echo

LE COMMENTAIRE de l’ A.W.F. : cet article nous attriste au plus haut point, mais il rejoint bien l’analyse de nos économistes.

Il omet toutefois de mettre le doigt sur la principale cause de cette situation. La Flandre jouit d’un potentiel économique solide qui donne confiance, mais surtout elle a l’art de se servir de l’image belge à son seul profit quand cela sert ses intérêts.

Bruxelles profite de sa situation de capitale européenne qui a engendré la présence en son sein d’ un nombre incalculable d’institutions internationales. De plus, elle est la capitale d’une Belgique flamande. Dans toutes les discussions institutionnelles, par couardise, les Wallons et les Bruxellois de langue française ont donné à la Flandre des leviers de pouvoir totalement disproportionnés par rapport à ce que représente la Flandre à Bruxelles en matière démographique.

Les Wallons sont englués dans une fédération Wallonie-Bruxelles/Communauté française (qui aujourd’hui porte bien mal ce nom) dont elle ne reçoit pas ce qu’elle serait en droit de réclamer au vu de ce qu’elle a donné à Bruxelles et de ce qu’elle donne encore aujourd’hui. Mais en politique, parler en termes de reconnaissance n’existe pas. La politique, c’est la froideur des réalités de terrain, qu’il soit économique, social, culturel ou encore du domaine de l’enseignement.

La Wallonie souffre de deux cancers, l’un se nomme Belgique (dites plutôt Belgium ou Belgïe, termes qui conviennent mieux) dont les Flamands se sont emparés , l’autre se nomme Fédération Wallonie/Bruxelles qui plus est à un coût pour le budget wallon. Sortir de cet imbroglio de Belgique résiduelle serait bénéfique pour le budget wallon.

Aujourd’hui, on guérit du cancer. Encore faut-il que les meilleurs chirurgiens wallons prennent leur scalpel pour pratiquer les opérations nécessaires. Il n’est pas trop tard, mais il est plus que temps.

Lors des prochaines élections, votez pour ces chirurgiens wallons. Il en est dans plusieurs partis, mais surtout refusez de donner votre voix à celles et ceux qui vous mentent ou refusent d’affronter la réalité wallonne et aux partis belgicains qui nient l’ existence-même des deux cancers wallons.

Paul DURIEUX

N.B. : si vous désirez connaître les noms de bons chirurgiens, c’est avec plaisir que nous vous fournirons leur nom aux adresses électroniques suivantes : paulmelot1@gmail.com, alh11api@gmail.com, pauldurieux2003@yahoo.fr, nisselouis@gmail.com, ass.hav@hotmail.com, j.rogissart@skynet.be, espace@grandchamp.be

COCORICO

COCORICO : un bel exemple de l’alliance Wallonie France

Notre-Dame de Paris: une entreprise wallonne appelée à la rescousse

BELGA Publié le mardi 16 avril 2019 à 16h17 – Mis à jour le mercredi 17 avril 2019 à 09h56 quotidien « La DH »

L’entreprise Artbois, installée à Etalle (province de Luxembourg) et spécialisée dans la charpente lamellée-collée, était en effervescence mardi après-midi. 

La société a été réquisitionnée d’urgence par un coup de téléphone à 14h00 d’un opérateur parisien, afin de livrer sans délai dans la capitale française 10 poutres de consolidation pour les murs de la cathédrale Notre-Dame, touchée par un important incendie lundi.

« Tout le monde est sur le coup », raconte Patrick Vanhorenbeeck, qui a créé cette entreprise 100% wallonne il y a 28 ans. Artbois, spécialisée dans les ouvrages d’exception, a déjà contribué à des projets de rénovation de monuments historiques, mais « travailler dans une telle urgence, c’est du jamais vu! », souligne son patron.

La livraison concerne 10 poutres de 20 mètres sur 1m20, qui serviront à consolider la structure restante de la cathédrale, « pour éviter que la situation ne s’aggrave ».

« Vu le court délai, nous avons dû détourner en urgence des commandes en cours », ajoute-t-il. Une dizaine d’employés sont sur le pont pour charger les camions de l’entreprise, mardi après-midi.

Un convoi exceptionnel partira ensuite dès que possible, avec une arrivée prévue à Paris aux environs de 4h00 ou 5h00 du matin mercredi. Sur place, des grues sont actuellement installées pour placer ces charpentes made in Wallonie. Vu la difficulté d’accès avec un tel convoi, des contacts sont également en cours avec la préfecture de police locale afin d’obtenir les autorisations et blocages nécessaires pour amener ces poutres à destination.

« En tant que charpentiers, nous avons aujourd’hui la gorge nouée », réagit Patrick Vanhorenbeeck. « Il s’agissait d’une des plus belles charpentes du monde. Il faut faire le maximum pour préserver ce qui reste. « Belga »

NDLR : Il ne faudrait pas oublier, pour nous Wallons, que NOTRE-DAME fait aussi partie de notre patrimoine historique, culturel et cultuel. Il ne faudrait pas utiliser la présence habsbourgeoise puis « belge » pour l’occulter.

En Belgique, les dés sont pipés pour la Wallonie

En Belgique, les dés sont pipés pour la Wallonie

C’est typique d’une Wallonie coincée dans la Belgïe et surtout dans le brol Wallo-Brux, avec des Bruxellois qui ont inhibé, dans l’esprit des Wallons, toute idée de défense des intérêts wallons.

Dans le même cas (pour rappel, l’obtention de l’important marché du tram liégeois) la Flandre, les fonctionnaires flamands en concertation avec les politiques flamands, le VOKA, Unizo et autre In de Warande, se seraient unis pour que le marché revienne à des entreprises flamandes.

Mais voilà la Flandre a un esprit nationaliste bien présent dans tous les rouages de la société flamande (patronat, administration, politique, médias, syndicats etc…)

Bruxelles aussi développe son régionalisme de plus en plus fort. Notamment avec l’aide des médias financés par la Wallonie (RTBF, Le Soir, La Libre, RTL…).

Pour son malheur, c’est l’inverse pour la Wallonie. Écrasée, et surtout étouffée par Bruxelles, la Wallonie perd son identité.

A la RTBF, les Wallons sont devenus des francophones de la périphérie bruxelloise. Et la Wallonie, vaguement le sud du pays, la banlieue bruxelloise.

Tout régionalisme wallon est ardemment combattu par Bruxelles et ses médias, qui pour rappel, sont financés par la Wallonie .
Alors oui, les « francophones » du « sud du pays », n’ont pas d’état d’âme.

Ils restent neutres et ne défendent pas leurs propres intérêts.
La Wallonie devient ce que Bruxelles désire, c’est à dire, une banlieue bruxelloise. Et nos Ardennes deviennent des colonies néerlandaises (Flandre & Pays-Bas)

Claude Roland