Les Wallons ne sont pas tous aveugles

Selon l’IWEPS, 40 % des Wallons estiment réaliste la séparation de la Belgique

Publié le Mercredi 6 Février 2019 sur le site sudinfo.be

L’Institut wallon des statistiques (Iweps) vient de boucler son grand baromètre quinquennal.

Une grande enquête le révèle: le Wallon n’exclut plus la séparation de notre pays

C’est sans doute le changement le plus spectaculaire du baromètre 2018 de l’Iweps : près de quatre Wallons sur dix estiment que la séparation de notre pays est réaliste. Et même si 92 % des Wallons interrogés sont contre la séparation de la Belgique, ils sont 36 % (contre 21 en 2013) à la juger possible.

Le Wallon commencerait-il à sortir la tête du sable et à évaluer la situation de la Belgique dans sa réalité ?

Le Wallon commencerait-il à en avoir assez de voir se développer le confédéralisme belge dans lequel la Flandre de manière rampante considérerait la Wallonie comme sa chose dans l’attente de la flamandiser complètement ? En d’autres termes, refuserait-il que la Wallonie devienne une colonie de la Flandre ?

La Flandre manque de terrains et prône l’expansionnisme vers la Wallonie et particulièrement vers l’Ardenne où il n’est plus rare aujourd’hui de voir des villages composés de 50 % de Colons flamands qui payent chers leurs cocons au seul bénéfice d’agences immobilières.

Ce phénomène fait augmenter le prix de l’habitat, rendant l’accession à la propriété impossible pour les autochtones. De plus en plus d’Ardennais disent ne plus pouvoir vivre là où ils ont grandi.

L’exemple de la plus petite ville du monde, Durbuy, est éclairant à ce sujet. Un bon reportage de la RTBF a démontré que le sieur Coucke, grand argentier et bon patron flamand, venait en Wallonie pour une raison fondamentale : y faire du business. Son « amour » pour la région passant loin derrière son but principal. Quant aux Wallons de souche, il leur est demandé de quitter la ville à la recherche d’un ailleurs.

Paul DURIEUX

4 réflexions sur « Les Wallons ne sont pas tous aveugles »

  1. A me répéter, les traités de l’Union Européenne permettent aux tribus britanniques et germaniques d’envahir  » pacifiquement  » le territoire roman de l’Europe Occidentale. Les invasions déroulaient toujours de l’Est vers l’Ouest maintenant il faut y ajouter le Nord.
    A titre de baume sur nos blessures, j’invite à lire sur Google l’article suivant:
    Les migrations résidentielles des Britanniques et des Néerlandais
    Une figure originale de la nouvelle attractivité des moyennes montagnes françaises
    The Residential Migrations of the British and Dutch : an Original Pattern of the New Attraction Phenomenon of Low Mountain Ranges
    Françoise Cognard
    https://journals.openedition.org/eps/4672

    J'aime

  2. Pour montrer aux Ardennais qu’ils ne souffrent pas tout seuls.

    Pourquoi les Hollandais déferlent en France l’été
    le 05/08/2016 Ouest France
    https://www.ouest-france.fr › Europe › France

    Le rôle des Wallons, en se réunissant à la France sera de sonner l’alarme quant aux invasifs touristes et « villégiateurs » du Nord et de l’Est.
    L’industrie touristique ne doit devenir le cheval de Troie du remplacement !

    J'aime

  3. Quand la Communauté-pseudo-française s’attaque à la langue française en Wallonie.
    Après l’immersion en néerlandais, l’ouverture à l’allemand, voici l’introduction du luxembourgeois.
    TOUT SAUF UNE WALLONIE ROMANE DONC FRANCAISE !

    Madame Greoli joue-t-elle la germanisation des provinces wallonnes pour faciliter leur démembrement en cas de disparition de sa « petite Belgique » ?

    Langues endogènes: Attert a dit «jo» au luxembourgeois
    ( mis en ligne le11/02/2019 par Jean-Luc Bodeux )

    La commune d’Attert a signé officiellement la charte de labellisation des langues endogènes, en présence de la ministre Greoli. Toute une série d’actions seront entreprises pour valoriser ce patrimoine culturel qui doit rester vivant.
    Samedi, à Attert, la ministre de la Culture Alda Greoli a signé la convention de labellisation « Ma commune dit oui à la langue luwxembourgeoise » avec le député-bourgmestre Josy Arens. – J.-L. B.
    Ce samedi, la ministre de la Culture Alda Greoli est venue signer la convention de labellisation « Ma commune dit Jo », promotionnant les langues endogènes au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le luxembourgeois est pour la première fois reconnu par une commune, se félicite le bourgmestre Josy Arens qui a rappelé que « lorsqu’il est entré à l’école primaire, il ne parlait pas un mot de français. La langue maternelle de la plupart des habitants de la commune était le francique mosellan, le luxembourgeois qui était… interdit à l’école. »
    Plus tard, en 1995, Josy Arens a voulu introduire l’usage d’une seconde langue dans les écoles de la commune mais on était dans l’illégalité. Ensuite, on est passé dans LA CLANDESTINITE, ce qui permettait quand même à la COMMUNAUTE FRANCAISE DE PAYER LES ENSEIGNANTS avant que les choses soient éclaircies par l’administration.
    Extrait du journal Le soir du 12/02/2019

    J'aime

  4. Les Wallons sont pour l’autonomie des régions mais contre la séparation du pays.

    Selon l’IWEPS 52% des Wallons se disent en faveur d’une autonomie accrue des régions, un scénario de plus en plus réaliste pour 61%.
    ndlr: voilà de bon augure.

    En revanche, 92% voteraient toujours contre la séparation de la Belgique en cas de référendum, même s’ils sont de plus en plus à estimer ce scénario plausible.
    ndlr: voilà comment réagissent des lobotomisés par les tenants du régime.

    72% des interrogés ont déclaré se sentir Belges avant tout. L’attachement à la Wallonie est de 52% et celui aux communes de 41%. « Plus on est fier de son identité wallonne, plus on est fier de son appartenance belge » et cette spécificité n’est pas exclusive. »
    ndlr: Qui n’a cessé de dévaloriser l’image de la Wallonie et effaçant les pages glorieuses de son Histoire ? Posez donc la question aux idéologues de l’ « excellence » ?

    Fort heureusement, les Wallons sont néanmoins de plus en plus nombreux à considérer la séparation de la Belgique comme un scénario réaliste.
    ndlr: OUF ! Enfin.

    « On peut penser que les décisions et les choix politiques qui ont pu être pris ces dernières années au niveau national ont contribué à tracer de plus en plus une frontière symbolique entre les régions ».
    ndlr: VAS-Y BART NE TE GENE PAS ! Si Mère Flandre veut prendre son indépendance, les Wallons laisseront faire. On peut se demander que reflète leur « appartenance belge »? Des habitudes provinciales à l’ombre du clocher ?

    Avis tout personnel: Le fatalisme des Wallons, généré par leurs dirigeants politiques depuis 1945, les amènent à supporter le joug infâme du Royaume de Belgique. Mais…si des choix politiques extérieurs contribuent à la fin de leur « petite Belgique », ils l’admettront.
    Dommage que les armées de la Convention et de l’Empire appartiennent au passé ainsi que le Général De Gaulle.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s