Les « Belges » sont des Français comme les autres

Lu dans le « 7 Dimanche » de ce jour :

La France «adore» les Belges

Longtemps gentiment ridiculisé, notamment par Coluche, le Belge est devenu aujourd’hui chez nos voisins français, un «produit tendance» et un sujet d’admiration, ce qui ne cesse évidemment de nous interloquer, nous les Belges ! Et particulièrement ceux qui ne font pas partie de cette toute nouvelle génération qui triomphe aujourd’hui…

C’est en tout cas troublant quand on a été ignoré, voire carrément moqué. Et revient donc sans cesse la question : comment le statut des Belges a-t-il pu changer aussi vite?

Bien sûr, on ne peut pas dire qu’aucun Belge de l’ancienne génération n’a réussi à Paris. Plus de 40 ans après sa disparition, Jacques Brel n‘est pas oublié des Français – mais de son temps, il n’existait encore ni les Victoires ni les César pour l’honorer.

Durant les sixties, Salvatore Adamo vendait plus de disques de Johnny Hallyday, mais les deux stars avaient également des racines ancrées en Belgique, au moins culturellement pour l’un, et au moins biologiquement pour l’autre…

Il n’y avait donc pas, par le passé, d’obstacles majeurs à ce qu’un compatriote soit reconnu, voire adulé en France.

Les décennies suivantes ont sans doute été moins roses pour le produit belge. On songe à Pierre Rapsat devenu un grand nom chez nous, mais qui n’est jamais parvenu à s’imposer en France. Machiavel ou Sttellla non plus, malgré leurs belles tentatives… Maurane a, elle, connu la reconnaissance de ses pairs plus que celle du grand public…

Terrain défriché

Sans doute nos chanteurs actuels ont-ils aussi pu bénéficier d’un terrain défriché par leurs compatriotes comédiens ?

Une mode belge existe à Paris, peut-être bien depuis Benoît Poelvoorde, François Damiens, Stéphane De Groodt et Virginie Efira… Avec leurs différences et leurs particularités, ces gens-là ont pu paraître décalés, voire exotiques pour une génération de Français moins sûrs d’eux et même peut-être en plein doute. Ils ont personnifié un « autre que soi », pas si différent, mais plus naturel, plus spontané, plus audacieux, plus fun et même en apparence plus décomplexé… Cette image-là a profité à Arno, mais aussi, dans des registres plus pointus, à des groupes comme Deus ou Girls In Hawai, et maintenant à Stromae, Roméo Elvis, Damso et Angèle… Dans d’autres domaines, c’est Alexandre Vizorek, Charline Van Hoenacker, Virginie Hocq… Tous ceux-là doivent-ils craindre qu‘un jour, la mode belge passe et qu’ils soient alors complètement «out» ? Le risque existe : l’arrogance paradoxale du Belge estimant que, lui, ne se prend pas au sérieux, pourrait très bien ne plus passer ! A ce moment-là, il faudra compter, rien que sur son talent et plus du tout sur la mode.

Sam Christophe

Une réflexion sur « Les « Belges » sont des Français comme les autres »

  1. Tout cela rappelle Noël Anselot et son bouquin « Ces Belges qui ont fait la France » (excusez du très peu). Jamais ces propagandistes belges arrogants n’imaginèrent écrire :  » Cette France qui permet à des Wallons comme à d’autres de se réaliser »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s