A quel jeu jouent vraiment les libéraux flamands ?

Par Jules Gheude

Tantôt unitaristes, tantôt séparatistes, les mandataires Open VLD tiennent un discours ambigu dont les racines remontent à plusieurs décennies.

Réagissant à mon opinion « Une Flandre indépendante en 2019 n’est certes pas une chimère », publiée sur le site de « Knack », Tim Vandenput, bourgmestre de Hoeilaart et député fédéral Open VLD, m’écrit ceci : « (…) une fois de plus, vous oubliez de reprendre des faits importants dans votre article. Par exemple, 80 % des Flamands ne veulent pas une Flandre indépendante ! Ce n’est pas parce que des gens votent momentanément pour les menteurs de la N-VA que ces mêmes votants veulent aussi une Flandre indépendante. De cette façon, vous rendez votre article non crédible et il en devient même ridicule, comme toujours. Dommage ! Dans les dix ans qui viennent, on verra naître un mouvement pour une Belgique plus forte et une Europe fédérale. Des structures de l’Etat où la coopération sera centrale, au lieu de la volonté de scission d’une petite minorité. On en reparlera dans dix ans. »

Avant d’utiliser le terme « menteurs », il convient de bien réfléchir. Qui ment ? Qui est ici « non crédible » et « ridicule » ?

Des faits marquants dès 1967

On se souvient encore de la manière dont les partis traditionnels – qui avaient une structure unitaire – se sont opposés énergiquement à la mise sur pied du fédéralisme. Au congrès de Knokke des 29-30 septembre et 1er octobre 1967, les libéraux estimaient qu’une telle réforme conduirait le pays au séparatisme, à l’aventure économique et au déclin de son bien-être.

François Perin s’était empressé de fustiger l’attitude de ces conservateurs aveugles, précisant que les combats d’arrière-garde étaient vains face aux évolutions irréversibles.

La progression des formations communautaires

Le 7 février 1968, le gouvernement Vanden Boeynants tomba sur l’affaire de Louvain. Le parti libéral se présenta aux élections du 31 mars avec le slogan « Mon parti, c’est mon pays ! », assorti des couleurs tricolores. Mais il n’empêcha pas les formations dites communautaires (Volksunie, Rassemblement wallon et FDF) de progresser de manière significative.

On vit ensuite les partis unitaires se scinder l’un après l’autre : le parti catholique dans la foulée du « Walen buiten », le parti libéral en 1972 et le parti socialiste en 1978. Le visage de la Belgique, quant à lui, allait être profondément transformé.

Cette réforme de l’Etat sur une base fédérale ne se fit pas sans peine, avec la question bruxelloise comme pierre d’achoppement.

Après l’échec du Pacte d’Egmont en 1978, François Perin s’efforça d’accorder libéraux flamands et francophones autour d’un projet institutionnel commun. Mais face à l’intransigeance des premiers, il démissionna spectaculairement du Sénat, le 26 mars 1980 : « Après avoir vu, échec après échec, tous les événements de ces dernières années, je ne parviens plus, en conscience, à croire en l’avenir de notre Etat », déclara-t-il.

« La Belgique est bien morte ! »

Il est intéressant d’apprendre comment les libéraux flamands s’étaient comportés à l’époque. Dans ses notes personnelles, François Perin dévoile : « Un curieux dîner libéral eut lieu à Lierre, chez Vanderpoorten, le 13 octobre 1978. (…) Vanderpoorten affirma qu’il ne concevait pas de concéder quoi que ce soit aux Bruxellois. (…) Le ton monta et des propos aigres et pessimistes furent tenus sur la viabilité de la Belgique. (…) Jeudi 6 mars 1980 : groupe parlementaire commun PRL Chambre et Sénat. Belle révélation par Jean Gol pour la journée commune du 16 mars 1980 avec le PVV. Contre l’accord précédent, Bascour est imposé comme président au lieu de De Greef. En outre, De Clercq ne veut pas du drapeau belge, même assorti des drapeaux des deux communautés ! Les Anversois refusent de venir (Grootjans) ! La Belgique est bien morte ! »

Lorsque Paul-Henry Gendebien était Délégué général de la Communauté française à Paris (de 1988 à 1996), il eut l’occasion de recevoir Jean Gol, chef de file des libéraux francophones. Dans son livre Splendeurs de la liberté, il raconte : « Il m’avoua qu’il ne croyait plus à la nation belge ni même à l’Etat. (…) surtout, il avait été ulcéré par les “avancées” du nationalisme chez les libéraux flamands auxquels s’était d’ailleurs ralliée l’une des ailes marchantes de la Volksunie. » Manifestement, le virus de la séparation avait atteint le libéralisme flamand.

Des libéraux à géométrie variable

Aujourd’hui, Tim Vandenput prêche pour une Belgique plus forte. Aurait-il oublié ce que déclara Karel De Gucht, alors président de l’Open VLD, sur le plateau de VTM, le 6 novembre 2002 : « La Belgique est condamnée à disparaître à terme, à s’évaporer, et en attendant elle n’apporte plus aucune valeur ajoutée à la Flandre. » Deux mois plus tard, Patrick Dewael, ministre-président flamand (Open VLD !) présentait ses priorités pour une future réforme de l’Etat. Il s’agissait, pour lui, de transférer un maximum de compétences à la Flandre, sur le plan de l’emploi, des soins de santé, de la mobilité et de la fiscalité.

Et que dire d’Alexander De Croo, président de l’Open VLD, qui retira en 2010 la prise du gouvernement Leterme II, plongeant ainsi la Belgique dans la plus longue crise politique de son histoire : 541 jours sans gouvernement de plein exercice !

Tels sont les faits. Ils sont, dit-on, plus forts qu’un lord-maire. Que sont en réalité les libéraux ? Quel jeu jouent-ils vraiment ? Tantôt ils se comportent en purs nationalistes flamands, tantôt ils affichent leur sensibilité belge.

Un vote flamand émis en connaissance de cause

Tim Vandenput accuse la N-VA de mensonge. L’article 1er des statuts de ce parti est pourtant clair. Il y est question de la République indépendante de Flandre, Etat membre d’une Union européenne démocratique. Le Vlaams Belang, quant à lui, défend sans ambiguïté une vision séparatiste. Ensemble, les deux formations totalisent 40,2 % des intentions de vote, selon le dernier sondage réalisé par Het Nieuwsblad. Tim Vandenput affirme que seule une faible minorité des Flamands est acquise au séparatisme. Mais chacun n’est-il pas censé voter en connaissance de cause ? Les 40,2 % de personnes qui soutiennent la N-VA ou le Vlaams Belang, sont censées soutenir aussi l’option séparatiste.

Le Parlement flamand est l’émanation du peuple flamand. Il dispose de la légitimité démocratique. Le jour où une majorité appropriée existera, rien ne pourra l’empêcher de proclamer l’indépendance de la Flandre. Pas besoin de référendum pour cela !

Faute tactique

Tim Vandenput évoque des structures de l’Etat où la coopération sera centrale. C’est aussi ce que souhaite le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR). Mais son plan pour une nouvelle agence destinée à coordonner la politique des régions vient d’être rejeté par le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA), ainsi que par son collègue bruxellois, Pascal Smet (SP.A). Pour ce dernier, ce n’est pas très malin, de la part de Bellot, d’avancer cette solution. Cela ressemble à la Belgique de papa qui dit aux régions ce qu’elles doivent faire. Une faute tactique. Voyez aussi comment le plaidoyer de Maggie de Block (Open VLD) en faveur d’une refédéralisation de la politique de santé a été accueilli par le président du CD&V, Wouter Beke : « Le passé a montré qu’une politique fédérale unique n’était pas la réponse. Il ne peut dès lors être question de refédéraliser. »

Tim Vandenput est convaincu qu’on fera marche arrière et il me fixe rendez-vous dans dix ans. J’aurai alors 82 ans. Si je vis encore, je serai heureux de le recevoir à Namur. Et j’espère que la Wallonie sera alors une région française !

Une réflexion sur « A quel jeu jouent vraiment les libéraux flamands ? »

  1. Tout à fait d’accord avec l’analyse de Monsieur Gheude.
    Les faits sont plus importants qu’un Lord-Maire mais Hoeilaart, proche de la frontière avec la Wallonie, est « bourrée » de francophones et de Français. Ceci explique sans doute cela.
    De plus, en matière de faits établis, il ne faut pas oublier que les libéraux de Flandre jouent depuis 1830 l’ambiguïté fransquillonne de la même manière que feu le FDF et le belgicain Maingain.

    Pas de crainte à la « réunification », les demandeurs de rien de la Communauté française vont bientôt donner raison à Monsieur Gheude.

    Il suffit de lire l’article paru dans Le Soir le 9/01/2019 par Eric Burgraff:

    Formation des profs: la Communauté française est à un tournant critique de son histoire
    (…)
    (…)
    (…)
    La question aujourd’hui n’est évidemment pas de s’interroger sur l’opportunité d’améliorer la qualité de l’enseignement. La question est de savoir comment, à l’avenir, on va assumer les décisions du moment sachant que ledit bailleur de fonds est prisonnier de son incapacité à générer lui-même la moindre recette fiscale. La responsabilité politique commande de s’inquiéter dès maintenant d’un début de solution sous peine de devoir, demain ou après-demain, mendier un refinancement de la Communauté française que la Flandre pourrait faire payer cher, très cher, à ses amis francophones.

    NDLR : Ici, nous allons nous « amuser » car la Wallonie n’a pas un sou vaillant.
    En fait, deux solutions pourraient s’envisager : 1) régionaliser l’enseignement afin de se débarrasser de la « facture » bruxelloise et pousser de facto la dite Région dans l’orbite de la Flandre ;
    2) accepter le confédéralisme contre le refinancement de la Communauté française par la Flandre. Et là, nous verront bien dans quel sens le VLD agira.

    Génial !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s