Magnette laisse la place à Borsus

Paul Magnette (PS), rendu célèbre bien au-delà des frontières de la Wallonie et notamment en France par son combat contre le CETA (traité commercial entre le Canada et l’Union Européenne) est victime de la politique insensée imposée par son président de parti, Elio Di Rupo.

Relégué dans l’opposition suite au lâchage de Benoît Lutgen, son partenaire au gouvernement et président du  cdH (parti centriste démocrate chrétien), il se voit contraint de laisser la présidence du gouvernement wallon à Willy Borsus (MR – parti de centre-droit), nouvel allié du cdH. Désormais, la Wallonie est dirigée par une majorité MR-cdH. Les défis qui l’attendent sont immenses.

Saumane

  • 29 juillet 2017 11:58

 © BELGA

 © BELGA

Le MR Willy Borsus a rencontré son prédécesseur le PS Paul Magnette à l’Elysette pour la passation de pouvoir à la tête du gouvernement wallon.

Le désormais ex-ministre-président du gouvernement wallon Paul Magnette (PS) a cédé la présidence du gouvernement wallon à son successeur Willy Borsus (MR), samedi matin lors d’une rencontre à l’Élysette. Cette passation a été l’occasion pour les deux hommes politiques de discuter des différents dossiers en cours, mais surtout des enjeux et des défis à relever dans un futur proche.

Après une rencontre de 45 minutes, Willy Borsus est devenu officiellement le nouveau ministre-président du gouvernement wallon. « J’ai veillé à transmettre tous les dossiers dans le meilleur état possible et sur tous les sujets parce qu’il est important que la Wallonie continue de fonctionner », a déclaré Paul Magnette en sortant de la réunion. Le bourgmestre de Charleroi s’est dit serein et prêt à entamer une nouvelle vie.

Quant à la possibilité d’obtenir des indemnités de sortie, l’ex-président a déclaré que si c’était le cas, il utiliserait cet argent notamment pour faire des dons pour des oeuvres sociales par exemple.

De son côté Willy Borsus a tenu à souligner le professionnalisme de son prédécesseur et la façon dont ce dernier a organisé la transmission d’un certain nombre d’informations. « Le contexte est décicat et les enjeux à relever sont aussi énormes. On sait qu’il y a beaucoup de défis à relever tant socio-économiques que budgétaires et j’ai un sentiment de responsabilité aujourd’hui avec des dossiers qui nécessitent, pour certains, des décisions rapides », a souligné le ministre-président.

En ce qui concerne les dossiers plus concrets, dont celui lié aux armes et à l’Arabie Saoudite, Willy Borsus a demandé un peu de temps afin de les étudier et d’avoir les concertations nécessaires avant de se prononcer sur des mesures à prendre. La première réunion formelle du nouveau gouvernement est prévue jeudi matin.

Source: Belga, L’Echo

Publicités

4 réflexions sur “ Magnette laisse la place à Borsus ”

  1. Pour la Wallonie c’est la descente aux enfers. Et comme l’a
    prédit le Général De Gaulle les Flamands assisteront indifférets
    au déclin wallon. Le nouveau ministre président approuve
    depuis son investiture au fédéral la politique de soumission
    a la NVA tout un programme. Triste Wallonie et rien á espérer
    de Paris au contraire.

    J'aime

  2. En 1970 la Flandre obtient l’autonomie culturelle alors que la Wallonie ne reçoit que la promesse de la régionalisation économique. Tous les efforts des socialistes francophones tendront au cours de cette décennie à la concrétisation de leur revendication. C’est notamment le combat d’André Cools et de Guy Spitaels. Il faudra attendre 1988 et une nouvelle réforme de l’État pour en arriver à une réelle régionalisation et à un Etat que l’on désigne enfin comme « fédéral ». En 1992, Philippe Busquin, belgicain dans l’âme, succède à Guy Spitaels, le régionaliste. En 1999 Elio Di Rupo, l’unitariste – monarchiste (??), accède à la présidence du PS jusqu’ à ce jour. Depuis 1992, la Wallonie s’embourbe dans le marais belgicain dont le point d’orgue n’est autre que le boulet aberrant de la « Communauté française – Wallonie – Bruxelles ». Si Willy Borsus a tenu à souligner le professionnalisme de son prédécesseur, Paul Magnette, et la façon dont ce dernier a organisé la transmission d’un certain nombre d’informations, les électeurs socialistes, et par de là tous les wallons, pourraient enfin espérer retrouver à terme un président plus enclin à défendre leur avenir que l’actuel Don Di Rupo et ses businessmen. Bien évidemment, « défendre leur avenir » ne signifie pas nécessairement rattachiste mais ce serait déjà un grand pas vers cette option …

    J'aime

  3. Le nommé Borsus était en charge de l’agriculture dans le gouvernement
    MR NVA il est donc responsable de la non information des citoyens
    dans le scandale des oeufs contaminés. Secret imposé par la
    Flandre bien entendu via le tribunal d’Anvers, Les Wallons mangent
    depuis début juin des oeufs contaminñes made in Nederland
    distribués notamment par Ahold Delhaize.
    Sans commentaire

    J'aime

  4. Borsus était bien le ministre de tutelle de l’AFSCA. Son silence est
    inadmissible, Vers un nouveau scandale de la dioxine ? La
    Wallonie est entre de bonnes mains

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s