Un nouveau souffle

Comme on le sait, les partisans d’une Wallonie française sont loin de s’accorder sur tout. Il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement. Chacun s’exprime en fonction de sa sensibilité politique. Voici la réaction de Jules Gheude à l’appel du CDH pour une majorité alternative en Wallonie, à la Région bruxelloise et à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le MR aurait tort de ne pas saisir la main qui lui est tendue. Les Wallons méritent mieux que par le passé !

En renonçant à poursuivre la route avec le PS au sein des gouvernements des entités fédérées, le président du CDH, Benoît Lutgen, a provoqué un véritable tsunami politique.

Nous avons eu, maintes fois, l’occasion de souligner l’énorme responsabilité que le PS porte dans la situation économique précaire que connaît la Wallonie. Depuis la mise en place de la régionalisation en 1980, ce parti a exercé, de façon quasi ininterrompue, la ministre-présidence de la Région. On voit aujourd’hui le résultat : un taux de chômage de près de 14 %, le report constant du retour à l’équilibre budgétaire, les scandales à répétition.

Le fossé est béant entre une Flandre dynamique et entrepreneuriale et une Wallonie marquée par l’hypertrophie politico-administrative, fruit d’un clientélisme effréné que le PS a littéralement érigé en système.

Les statistiques de la BNB concernant les exportations 2016 viennent confirmer ce constat : pour la troisième année consécutive, la Wallonie connaît une baisse (-0,5 %), avec un chiffre de 42,5 milliards d’euros, tandis que la Flandre progresse de 10,6 %, avec un chiffre de 205,7 milliards.

Lorsque, jeune ministre wallon des Affaires intérieures en 2004, Charles Michel tenta de jeter un coup de pied dans la fourmilière, il ne manqua pas d’indisposer le PS. Depuis lors, le MR est systématiquement écarté du pouvoir.

La Flandre n’est pas opposée à la solidarité, mais, lorsqu’elle constate que la Wallonie, en raison d’une gouvernance inefficace et inadaptée, tarde à décoller, elle est encline à reprendre ses billes. Inutile de rappeler ici l’analyse de Bart De Wever à propos du PS.

Les commentaires que l’on peut lire sur les réseaux sociaux indiquent un ras-le-bol citoyen de ces pratiques qui consistent à profiter de la crédulité des plus fragiles (ceux que Paul Magnette appelle « les petites gens ») pour s’enrichir. Ces déviances contribuent à faire le lit des extrêmes, comme en témoigne l’avance spectaculaire du PTB, crédité aujourd’hui de 20 %.

Depuis son « J’en ai marre des parvenus ! » en 2005, Elio Di Rupo s’est montré incapable d’engendrer une meilleure gouvernance. Incapable aussi de réformer en profondeur le PS pour lui permettre d’affronter, de façon pragmatique, les défis nouveaux d’un monde en pleine mutation. On est loin d’un Gerhard Schröder qui, en l’espace de quatre ans, a réussi à remettre l’Allemagne sur les rails.

Le PS français meurt également aujourd’hui du fait de n’avoir pas su s’adapter. Les « réformistes » ont rejoint le camp d’Emmanuel Macron.

Même si la décision de Benoît Lutgen n’est pas dépourvue d’arrière-pensées (mieux vaut quitter le bateau avant qu’il ne coule), elle offre à la Wallonie l’opportunité de trouver un nouveau souffle.

Il n’y a pas de fatalité wallonne. La Région regorge d’atouts qui ne demandent qu’à être mis en valeur. Des économies substantielles peuvent être faites dans de nombreux domaines – intercommunales, provinces… – et affectées à la promotion des petites et moyennes entreprises, créatrices d’emplois. Il faut aussi amener le personnel politique à exercer ses responsabilités avec un sens aigu de l’éthique et de la rigueur. Le cumul des mandats n’est pas sain.

Le MR aurait tort de ne pas saisir la main qui lui est aujourd’hui tendue. La population wallonne mérite mieux que ce qu’on lui a proposé jusqu’ici.

Au professeur Robert Liénard de l’université de Louvain qui était allé le rencontrer à la fin des années 1960, le général de Gaulle avait dit : « Chaque peuple ne peut se redresser que par lui-même. Tâchez de vous trouver des chefs jeunes qui diront la vérité au peuple et mobiliseront ce qui en reste. »

Jules Gheude

Publicités

9 réflexions sur “ Un nouveau souffle ”

  1. L’analyse de Monsieur Gheude présente tous les attributs de la logique; toutefois, Messieurs Michel et Lutgen ne ressemblent pas au Président Macron. Les deux compères trainent trop de nostalgies begicaines pour oser mettre l’existence de la marâtre en danger. Pourtant: a) Malgré leurs passés , MR et CDH pourraient prendre le pouvoir en Wallonie, à la condition que le MR impose toutes ses exigences rien que ses exigences. En Wallonie, le CDH n’a pas le choix. b) A la Communauté Wallonie – Bruxelles, le MR pourrait profiter de l’opportunité pour détruire le « monstre » et partager les reliefs avec les régionalistes bruxellois. Le MR oserait-il une telle opération désirée par de nombreux responsables politiques et syndicalistes wallons, toutes obédiences confondues ? c) En Région bruxelloise, Charles Michel, plutôt proche intellectuellement de Bart De Wever, pourrait y saisir le moment de coaliser les francophones et flamands de Bruxelles autour d’un projet de gestion régionale commune hors Wallonie et Flandre ? Ce n’est pas si utopique que cela puisse apparaître car les bruxellois flamands se souviennent de la « bataille de Scheut » et ne ressentent pas beaucoup d’empathie pour le « Comte de Flandre ».

    J'aime

  2. J’ai acheté à M. Gheude son essai « Un testament Wallon – Les vérités dérangeantes » qui a l’air très intéressant. Je n’ai, malheureusement, pas pu encore commencer à le lire, ayant depuis, trouver du travail… Mais bon, au-delà des différences dans le mouvement rattachiste, que l’on s’appelle SamuelB (c’est moi LOL), Valmy, M. Gheude, M. Durieux, M. Gendebien, M. Brogniet, M. Thayse ou d’autres encore…, notre seul souhait, notre idéal commun, est qu’un jour notre belle région, la Wallonie, rejoigne sa véritable patrie: la France!!!
    Maintenant, il est clair qu’un effondrement total du PS (à l’instar de son homologue français), serait embêtant pour la NV-A… Imaginons que le MR/CDH prennent le pouvoir en Wallonie et réussissent le redressement, nous voilà reparti pour une « pseudo-solidarité Wallonie-Flandre » (confédéralisme ou pas…) et on y arrivera jamais au rattachement à la France!!!
    Personnellement, j’attendrais encore 2019 (et les élections), si après ça, rien ne bouge en ce sens, je pense que j’agirai concrètement par moi-même…(et je demanderai donc ma nationalité française de par mon mariage).

    J'aime

    1. Que l’on puisse expliquer le silence de la Flandre autour du coup de poker de Lutgen est une chose, que les raisons avancées soient cohérentes (plus de punching ball P.S. au sud du pays, plus d’espoir d’un jour voir les francophones se rebeller en souhaitant eux-mêmes le confédéralisme) en est une autre…qui ne devrait pas masquer un autre fait.La décision de Lutgen doit être lue et analysée par les seuls francophones…et le confédéralisme n’est pas pour eux la seule option. A la limite, on se moque totalement du regard de Mère Flandre sur ce qui se passe chez nous. Comme vous le dites, sans pudeur aucune, et cela seul compte désormais, c’est aux francophones à dé-cider, de choisir cet autre univers institutionnel et culturel que représente seule la France. En passant, ou pas, par la case Lutgen, aussi séduisante ou pas qu’elle soit pour les adeptes du projet politique de la N-VA.

      J'aime

  3. « Pas de fatalité wallonne »? Comment ne pas être d’accord avec l’opinion de J. GHEUDE? Si tel était le cas, ce serait admettre, voire tolérer, un quelconque déterminisme dans la destinée des peuples. Comme si l’on se baignait toujours dans les mêmes eaux du fleuve, comme si les hommes ne changeaient pas. C’est ce que d’aucuns, au P.S., croient encore, en s’érigeant seuls en remparts contre le chaos pour des raisons historiques. Comme si, dans le champ collectif, il
    existait des « droits acquis » comparables à ceux que les travailleurs auraient acquis des combats de société…De droits acquis, il n’existe pas: les temps changent, les ressources aussi, tant humaines que technologiques, sans parler des valeurs qui fondent un projet collectif. En France, on l’a compris. En France seulement. C’est dire la fossilisation des terres romanes de Belgique.

    J'aime

  4. Diviser pour régner ! La partie d’échecs se complique sans doute mais la Flandre tient en mains beaucoup trop de bonnes pièces que pour perdre. Il ne faut jamais oublier son rêve d’indépendance. Certes, il lui faut emporter l’agglomération bruxelloise. Mais, en supposant sur un plan politique, qu’elle prenne cette indépendance sans l’agglomération bruxelloise, il n’en demeure pas moins qu’elle la tient, géographiquement, au sein de son territoire sacré.
    Soyez certain, le Président Macron ne lancera pas la Légion étrangère à l’assaut de la Grand-Place; il ne tient pas à payer des dommages de guerre ( Eh! Oui.) comme son illustre prédécesseur Louis XIV. Le Roi Willem-Alexander des Pays-Bas en rira de plaisir et la Reine Elisabeth II restera de marbre.
    Le règlement des frontières à la suite du démembrement de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie assure à Mère Flandre l’intangibilité de sa millénaire frontière méridionale : la Frontière linguistique !
    Quoiqu’il se passe, Mère Flandre gagnera. Que le MR et le CDH fassent tout pour rester…belges; voilà le pire qu’il puisse nous arriver.

    J'aime

  5. « …Mère Flandre gagnera »! Peut-être, VALMY, mais quelle sera sa victoire?
    Na-t-elle pas, déjà, gagné, tant en termes de pouvoir et même de territoire quand on prend aussi en compte ses investissements dans le sud du pays en raison de sa pénurie de terrains industriels et d’une stratégie de main basse sur les richesses naturelles de Wallonie (ses espaces verts, ses cours d’eau…?
    Qe pourrait-elle encore « gagner » qui soit perçu comme une « perte » par les francophones? Le sol bruxellois? Je ne suis pas convaincu que tous les Wallons le ressentent ainsi! Les ressources bruxelloises? Mais sont-elles encore au service des francophones (quels emplois à l’aéroport de BXL national?) Encore du pouvoir? Je ne le crois pas: dans un cadre confédéral, la Flandre perdrait même toute tutelle sur le quartier militaire de Marche, sur la police « fédérale », sur le rail wallon…).
    Mais que pourrait-elle encore gagner, vraiment, sinon l’immense plaisir d’appauvrir les citoyens francophones, d’ainsi régler ses mauvais comptes avec l’Histoire? Une victoire psychologique de Septentrion, rien de plus,qui mériterait, c’est certain, davantage d’amour-propre, de fierté et de sens du bien public dans le chef de nos Elus. De ce regard prospectif, sont-ils même encore capables? Caliméro ne fera jamais une bonne politique, sinon sur la cour de récréation. C’est donc d’un autre projet que nous avons besoin. Ni défaitisme, ni complaisance par attachement à un passé qui s’évanouit…

    J'aime

  6. On croit rèver voir le MR allié de la NVA au fédéral sauver la
    Wallonie ? Plus que jamais la belgitude étouffe le peuple wallon.
    Et hélas il n’y a rien á espérer de la France soumise aux ukases de
    Bruxelles au sein de ce qu’il convient désormais d’appeler le
    IVéme Reich. Qu’espérer de Macron qui préfère parler anglais
    que Francais a Berlin qui ose affirmer : il n’y a pas de culture francaise
    L’avenir est bien sombre

    J'aime

    1. Il ne s’agit pas de « sauver la Wallonie », mais de sauver les meubles en Wallonie. MACRON n’a rien à voir là-dedans…sauf qu’il attendait de ses ministres d’être aussi les élus du peuple, ce que n’est pas LACROIX, coopté par son parti et lui seul. Sauf qu’il a aussi obtenu l’éviction de ses ministres suspectés d’abus de biens sociaux (FERRAND). Les meubles en Wallonie sont vermoulus d’avoir trop servi…des intérêts personnels et nourri des clientélismes. Alors, oui! Plutôt comme J. GHEUDE espérer: demain ne peut pas être pire, avec ou sans le M.R., avec ou sans le CdH…Sauf à se suicider!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s