Paul Magnette au Sénégal

Nous nous réjouissons de ce voyage de Paul Magnette puisque nous ne cessons d’affirmer que l’espace francophone doit développer non seulement ses relations culturelles, mais qu’en matière de coopérations économiques, nous devons faire beaucoup mieux, notamment avec nos partenaires de l’Afrique francophone.

En 2015, 134 millions d’exportations pour la Belgique contre 8,16 millions pour la Wallonie. Ces chiffres ne manquent pas d’interpeller. Les exportations wallonnes auraient donc représenté 6,1 % des exportations belges ? Ou devons-nous comprendre qu’une partie des 134 millions inclut une part wallonne ou, ce qui me semble plus vraisemblable, que c’est sous l’étiquette belge que se cachent en réalité des exportations flamandes ? Nous retrouvons là une ambiguïté  habilement entretenue. A l’heure du fédéralisme et à l’aube du confédéralisme, ne serait-il pas plus honnête et plus clair de citer des chiffres ventilés selon les différentes régions ? 

Comment s’étonner de ces chiffres quand on se rappelle la prestation de Rudy Demotte et de Charles Michel qui, lors d’un sommet de la francophonie, n’avaient rien trouvé de mieux que de s’exprimer en néerlandais ? Quand « notre » représentation politique fait si peu de cas de notre langue française, doit-on s’étonner d’une telle situation ? 

Remarquons au passage le tableau plus que positif dressé par l’auteur de l’article repris ci-dessous quant à la situation du Sénégal. La France n’est bien sûr pas étrangère à cet état de chose et gageons qu’une Wallonie intégrée à la France aurait, avec ses capacités industrielles, tout à gagner dans la masse de ses exportations vers une Afrique francophone en développement constant. 

Paul D.

le 16 mai 2017 :

Source: Belga

Le ministre-président wallon  entame ce mardi une mission de quatre jours au Sénégal. L’accent sera mis sur la coopération de la Wallonie et de la fédération Wallonie-Bruxelles avec le Sénégal ainsi que sur les opportunités économiques. C’est aussi l’occasion de revenir sur ce pays qui est un écrin de stabilité dans la bouillonnante Afrique de l’Ouest.

Un premier volet de cette visite portera sur les opportunités économiques pour la Wallonie dans ce pays d’Afrique de l’Ouest stable, doté d’un taux de croissance dynamique. Des opportunités existent notamment dans le domaine des infrastructures ferroviaires – en complète rénovation – ainsi que dans les énergies renouvelables. Une partie de la mission sera consacrée à la visite de la nouvelle ville de Diamniadio, créée pour désengorger la capitale Dakar. Cette ville nouvelle qui doit abriter à terme 300.000 habitants, proche du nouvel aéroport de Diass en construction, offre notamment des possibilités économiques pour des entreprises wallonnes.

La centrale solaire de Malicounda qui représente un intérêt pour la Wallonie en termes de sous-traitance et la société Trabesen, filiale sénégalaise de la société wallonne ITB Tradetech, figurent aussi au programme du volet économique de la mission. Autre volet de la mission wallonne: la coopération directe et indirecte. Le Sénégal fait partie des pays prioritaires de la Wallonie pour la coopération au développement. En 2017, le budget wallon alloué à la coopération est de 262.000 euros environ et de 245.000 euros pour la fédération Wallonie-Bruxelles. Entre 2002 et 2016, la Wallonie a octroyé 5,8 millions d’euros pour 115 projets développés au Sénégal. Des visites de terrain sont prévues durant la visite de Paul Magnette.

Enfin, Paul Magnette rencontrera les autorités politiques sénégalaises, dont le président Macky Sall et le Premier ministre Mohammed Ben Abdallah Dionne. Le retour de la délégation wallonne est prévu dimanche matin à Brussels Airport.

Le Sénégal, un écrin de stabilité dans une bouillonnante Afrique de l’Ouest

Le Sénégal est un écrin de stabilité en Afrique de l’Ouest confrontée depuis les indépendances à de multiples coups d’Etat, crises sanitaires, guerres civiles ou plus récemment l’émergence du radicalisme islamique.

Depuis son indépendance en 1960, le Sénégal est le seul pays d’Afrique de l’Ouest qui n’a pas été confronté à un coup d’Etat. Le système démocratique fonctionne correctement et le pays de la Teranga (hospitalité), comme on le surnomme, est régulièrement montré en exemple aux pays qui souhaitent suivre le chemin de la démocratie. Pays stable, à la lisière de l’Afrique du Nord et subsaharienne, le Sénégal a aussi résisté aux graves crises sanitaires qui ont touché la région ces dernières années/décennies. Même si beaucoup de chemin reste à faire pour assurer la santé pour tous, le pays a pu éviter la crise d’Ebola qui a dernièrement ravagé les pays voisins dont la proche Guinée. Pays multi-ethnique, cosmopolite, le Sénégal n’a jamais été confronté à une guerre civile de grande ampleur comme ce fut le cas dans des pays proches comme la Sierra Leone, la Côte d’Ivoire et le Liberia.

Seul ombre au tableau: le conflit en Casamance, au sud du pays, qui a opposé rebelles indépendantistes et gouvernement sénégalais durant une vingtaine d’années entre 1982 et 2003. Même si des cas sporadiques d’attaques surviennent en Casamance, la situation est stabilisée.

Enfin, le Sénégal, pays en grande majorité musulmane, a été épargné par le radicalisme islamiste qui couve en Afrique de l’Ouest et a failli précipiter le Mali dans les abîmes.

Stable politiquement, le Sénégal l’est aussi économiquement. Si le pays ne dispose pas de richesses naturelles aussi importantes que ses voisins, le pays est l’un des plus industrialisés de la région. Il peut aussi compter sur les ressources halieutiques, l’élevage, le tourisme et les services.

En 2015, la Belgique a exporté pour 134 millions d’euros au Sénégal. La Belgique exporte surtout du matériel de transport, machines, produits chimiques et des aliments. Les exportations wallonnes vers le Sénégal s’élevaient à un montant de 8,16 millions d’euros durant la même période, selon l’Awex (Agence wallonne à l’exportation).

La Wallonie exporte principalement des produits chimiques et pharmaceutiques, des équipements divers et des produits alimentaires.

Publicités

3 réflexions sur “ Paul Magnette au Sénégal ”

  1. Excellent article qui met en évidence les carences des politiciens
    wallons et francophones, En tète de la francophobie Di Rupo
    et Michel qui ont snobé les sommes de l’OIF a Kinshasa et
    Tananarive. Di Rupo avait ainsi offensé non seulement la
    francophonie mais aussi la République démocratique du
    Congo plus grand pays francophone au monde. Nombre
    de dirigeants francais.adeptes du mondialisme mèprisent
    la langue francaise plusieurs ont recu le Prix de la Carpette
    anglaise citons Christine Lagarde, Pierre Moscovici et combien
    d’autres qui préfèrent le globish à la langue de Molière
    Un prix Carpette spécial devra ètre attribué a Macrom qui
    a Berlin a méprisé les langues francaise et allemande au profit
    du globish, De Gaulle est bien mort et la France en danger
    de mort comme l’a noté Monseigneur le Comte de Paris peu
    avant les présidentielles.

    J'aime

  2. Je ne m’y connais pas en commerce international mais, comme Wallon, j’ai toujours l’impression d’être le dindon de la farce dans ce royaume maudit. Ais-je tort ? Pas du tout si je me fie à l’article qui suit et qui me convainc que les industriels de ma Région auraient intérêt à passer par Dunkerque ou le Havre.

    Exportations : une querelle typiquement belge
    07/04/11 à 16:29 – Mise à jour à 16:29
    Source: Trends-Tendances
    Que pèsent exactement la Flandre et la Wallonie dans les exportations belges ? En principe, la réponse devrait être limpide. Elle diffère cependant d’un côté à l’autre de la frontière linguistique… (…)
    Comment les statistiques peuvent-elles différer à ce point ? En raison de la « méthodologie ». La Flandre incorpore en effet dans ses chiffres les flux qui transitent sur son territoire, par le biais de l’aéroport de Zaventem et du port d’Anvers, essentiellement. Selon Philippe Suinen, administrateur général de l’Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers (Awex), « c’est un peu comme si, en Flandre, on regardait passer les trains… » (…)
    D’après l’Awex, pareille démarche est trompeuse à plus d’un titre : elle conduit non seulement à doper la part nordiste dans l’export belge mais aussi à tirer des conclusions erronées sur le poids respectif des secteurs les plus performants. Sans le transit, la part de la pharma dans l’export flamand – une industrie dont chaque Région aime se prévaloir – tomberait par exemple de 13 % à seulement 3 %. (…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

La Wallonie avec la France en Europe et dans le monde