Les Wallons votent comme les Français

Mouvement citoyen pluraliste et non parti politique, je pense qu’il est utile de le rappeler une fois de plus, le conseil général de l’Alliance Wallonie France a comme vous avez pu le lire suivi  une proposition de Marcel Dehalu, celle de sonder les citoyens de la Province de Liège et de leur demander de voter comme si ils avaient le pouvoir d’élire le Président de la République française.

La machine était lancée. Des consignes précises, neuf courageux membres choisis avec soin pour leur sérieux, un choix judicieux des communes et villes sondées, une commission de dépouillement présidée par un sage et nous pouvions nous lancer jour après jour en 17 lieux pendant pas moins de 8 jours pour le second tour sur les routes pour prendre le pouls de nos concitoyens wallons.

Avec l’humilité qui nous caractérise, nous pouvons dire que l’opération se révèle être un succès qui dépasse nos espérances. Notre pari de recueillir le vote de plus de 2 000 votants (2 026 exactement) donnait sur ce site dès jeudi, bien avant les réseaux sociaux ou nos médias, le résultat suivant : 62, 8 % pour Macron et 37,2 % pour Le Pen.

A l’heure où j’écris ces lignes, les radios belges de langue française et les réseaux sociaux annoncent 62,5 % pour Macron pour 37,5 % à Le Pen.

La conclusion qui s’impose est que nos concitoyens wallons ont exactement voté comme leurs frères français. Parler de coïncidence serait faire preuve d’une bien mauvaise foi.

Je me dois de remercier de tout cœur les neuf braves qui bénévolement ont sillonné les routes wallonnes et tout particulièrement notre ami Marcel Dehalu qui a eu une idée tout simplement géniale. Je remercie aussi toutes les citoyennes et citoyens qui nous ont fait confiance en acceptant de nous confier leur vote de façon secrète si tel était leur désir.

Je félicite le nouveau Président de la France et lui souhaite le meilleur. Il ne pourra atteindre cet objectif qu’en étant à l’écoute des Français et en rassemblant  au maximum. Ce grand rassemblement ne pourra se faire que par l’écoute de ceux-ci. Nous aurons l’occasion d’en reparler car se profilent déjà le choix des ministres et les législatives.

Je terminerai par un clin d’œil à l’adresse de nos médias : pour leurs prochains sondages, ils pourront s’adresser à notre Alliance, la seule différence sera que nous ne travaillerons plus bénévolement, mais que nous pratiquerons envers eux des prix d’amis.

Paul DURIEUX

Président de l’ A.W.F.

Publicités

3 réflexions sur “ Les Wallons votent comme les Français ”

  1. L’expression « outre-Quiévrain » serinée, par tous les médias en Royaume de Belgique, de génération en génération, a tellement marqué les esprits que bien des Hennuyers et des Namurois s’étonnent encore de découvrir l’artificialité de la frontière séparant leur province des provinces sœurs françaises.
    Heureusement, les Gaumais sauvent la mise, déjà qu’en 1830 ils avaient préféré un rattachement à la France (Lorraine) plutôt qu’à la jeune Belgique avec qui ils ne sentaient que peu de points communs.
    Ceci explique que de nos jours, il fleure bon en Gaume ce sentiment de particularisme français qui efface les lourdauds germanismes « bourgmestre » et « maison communale » par les légers et quasi poétiques « maire » et « mairie ».
    Pourquoi, en Wallonie, le terme maïeur (entendu dans ma jeunesse) ne fut-il jamais imposé partout ? Voilà une idée à présenter au Gouvernement wallon ou au Ministre-Président Paul Magnette ( E. Macron devrait lui plaire ?).
    Ce « détail » nous rapprocherait, pas à pas, un peu plus de la France. D’ailleurs comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, les Wallons semblent voter, sans le savoir, comme leurs frères français. Cela n’a rien d’une coïncidence, il suffit de constater que tous les rouages institutionnels et culturels en Belgium pratiquèrent depuis 1830 et pratiquent toujours l’occultation des esprits !
    Il paraît que le Président Macron se veut monarque; il se devra donc d’écouter la France des métropoles et des « Provinces » ( l’autoritaire Louis XIV restait à l’écoute de ses Provinces).
    Pouvons-nous aussi espérer qu’au Quai d’Orsay il demeure des fonctionnaires éclairés pour lui parler de l’existence de la Wallonie, cette terre où l’on parle français et qui manque toujours à la France pour compléter le  » pré carré ».
    Mais qu’on taise surtout le nom du machin, du truc, nommé communauté Wallonie – Bruxelles.

    J'aime

    1. Et savez-vous qu’en Gaume, dans le stade de l’Excelsior Virton (meilleur club de la Province du Luxembourg), lors des victoires, on chante la Marseillaise!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s