Le billet d’humeur d’André Dumont

Dès les premières semaines de cette nouvelle année 2017, la Wallonie avance allègrement vers son déclin. Pourquoi ?

1. La malédiction du système belge  : dans l’édito du Soir en date du 10 février 2017, Béatrice DELVAUX reconnaît que la Belgique est ingouvernable. C’est tellement évident que l’éditorialiste, pour garder sa crédibilité, s’est sentie contrainte de l’écrire : « union nationale, mais vous plaisantez ? Qui propose encore un projet d’un gouvernement fédéral où les partis n’arrêtent pas de se disputer depuis quasiment la formation de la coalition, mais surtout dans une Belgique où le Fédéral et les Régions se mangent le nez depuis des mois. »

Le lendemain, Béatrice DELVAUX signe un autre édito : « la malédiction du système belge ». Dans celui-ci, elle mentionne notamment un rapport de la Cour des Comptes qui reconnaît la spoliation de la Wallonie.

2. L’énergie viendra du Nord : l’énergie du Fédéral sera flamande. Celui-ci a fait appel à la Vlaams Energiebedrijf , institut du gouvernement flamand, pour se fournir en gaz et en électricité.

3. La Wallonie dans la dèche : la dette wallonne grossira encore. Elle dépasse aujourd’hui les 20 Milliards d’euros, la plus élevée des 3 régions.

Les finances wallonnes qui n’ont pas encore digéré l’impact financier de la 6ème réforme de l’Etat, seront confrontées à partir de 2019 au déclin de la solidarité fédérale, à savoir l’arrêt des transferts Nord-Sud.

4. La Flandre de plus en plus riche : avant la fin de la législature, en 2019, la Flandre va investir 5,8 Milliards d’euros pour rénover et construire de nouvelles infrastructures : routes, voies navigables, transports publics, pistes cyclables… Depuis le début de la législature, la Flandre a investi plus de 20 Milliards d’euros dans ses infrastructures.

5. Mobilité : le R.E.R. wallon immobile : pour être achevé, le R.E.R. wallon nécessite un investissement de plus d’1 Milliard d’euros. François Bellot, ministre fédéral de la mobilité, annonce son achèvement entre 2028 et 2030, pour autant que les crédits annoncés suivent. Toutefois, il est prévu que le R.E.R. fonctionne au gré des chantiers terminés.

6. Transfert Nord – Sud : Marcel Coucke, Flamand richissime, vient d’acquérir quelques dizaines d’hectares aux portes de Durbuy, pour y installer un centre multi-fonctionnel : loisirs, horeca, habitat.

Sous peu, les Flamands revendiqueront le statut de commune à facilités linguistiques pour la ville de Durbuy.

7. Après l’armée, le musée : le musée de l’armée  est avalé par un organisme privé flamand, le War Heritage Institute. A ses côtés se retrouveront l’Institut des Vérérans, le Mémorial National du Fort de Breendonck et le pôle historique qui gère le boyau de la mort à Dixmude.

Les collections des musées seront dispatchées dans les Régions. A ce jour, 12 000 pièces se trouvent en Flandre et 600 en Wallonie.

8. Le silence est d’or : les deux commissions parlementaires mises en place par le parlement fédéral et le parlement wallon concernent respectivement les dossiers Chodiev et Publifin, mettant en cause quelques élus pour leur comportement délictueux.

Comme un long fleuve tranquille, l’argent public coule dans les poches de ces magouilleurs.

Ce  scandale vient occulter le rayon de soleil que Paul MAGNETTE  avait fait naître sur la Wallonie, en refusant,  avec maîtrise, de ratifier le dossier de libre-échange CETA.

Les édiles wallonnes, aussi bien économiques que politiques, se complaisent dans un silence étourdissant. Pour eux, le présent doit durer aussi longtemps que la durée de leurs mandats.

WALLONIE, REVEILLE-TOI !

André DUMONT

Publicités

3 réflexions sur “ Le billet d’humeur d’André Dumont ”

  1. Le divorce des parents entraîne toujours chez les enfants des réactions diverses allant de la révolte, au déni ou à l’effondrement. Que l’éditorialiste vedette du Soir ait préféré le déni peut se comprendre. Toutefois, tenant compte de son expérience et de sa sagacité, il semble qu’elle n’aurait pas dû s’enfoncer dans un choix belgicain outrancier qui relève d’un parti pris « wallophobe », typique chez les francophones bruxellois.
    La révolte des Wallons devrait s’inspirer de la fable de la cigale et la fourmi et répondre aux Bruxellois: Vous avez chanté contre nous pendant des années et bien allez donc danser avec les Flamands maintenant. Paris redevient notre phare !

    J'aime

  2. Cela ne va pas assez mal. Les Wallons asservis dans la Belgie
    ont perdu toute dignité. Souhaitons qu’en 2022 ils sortent de
    leur léthargie privés qu’ils seront des aumònes flamandes.
    Pas de pain pas de paix un vieux solgan á méditer

    J'aime

  3. Moi, ce qui m’agace le plus, c’est que les flamands jouent avec la Wallonie (quand on voit que Durbuy va bientôt perdre son âme pour devenir « Coucke City »!!!) au lieu de prononcer une bonne fois pour toutes, leurs totale indépendance, bien non!!! Qu’attendent-ils donc???
    Quant aux « pauvres petits wallons » attendant la bouche grande ouverte d’étonnement à chaque réforme de l’Etat ou faisant l’autruche, la tête dans le sable, demandeur de rien!!!!!
    J’en ai marre d’attendre! Si je ne devais pas rester sur le territoire belge pour des raisons familiales (pour mes fils principalement dont 2 sont encore mineurs), ça fait longtemps que je serais parti habiter côté français et demander mon changement de nationalité…(que je peux déjà obtenir puisque je suis marié depuis plus 5 ans avec une française).
    2019 sera ma date limite pour prendre une décision définitive à ce sujet là…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s