Et si l’on parlait cuisine ?

Que le monde de la gastronomie, celui des grands chefs étoilés, des restaurants aux noms évocateurs, celui du guide Michelin se rassurent. Je veux parler de la vraie cuisine, celle qui restaure à la fois le corps et l’esprit, celle qui a l’ambition de façonner et de conduire les citoyens. Entre ces deux univers, un seul point commun : les chefs ont tous un ego très développé, une prétention à toute épreuve. Pour le reste, il suffit de comparer Belges et Français.

Chez nous, les chefs de la cuisine politique, ou prétendus tels, tous ces petits potentats confortablement assis sur leur lotissement ethnique, décident seuls des leaders politiques de demain, de celles et de ceux qui pourront cumuler les casquettes et donc aussi les rentes de situation. Ils en décident seuls, dans leur arrière-cuisine, loin de fourneaux qui ne ronflent pas même en dormant. La tambouille aseptisée d’une minable gargote de province, mal éclairée, mal famée.

Outre-Quiévrain, les grands chefs de la tribu gauloise sont des citoyens qui ne sont pas des chefs de clans, des chefs de meute, et encore, parce que la corporation est moins cadenassée, moins oligarchique. Ensemble, en de grands raouts, sur les plateaux de télévision, ils vont à la rencontre de leurs « clients » pour connaître leurs goûts, apprivoiser leurs désirs, échanger à propos des recettes de chacun, aider à faire son choix…La cuisine à la carte en quelque sorte, une cuisine variée qui a abandonné les conserves devenues rances du passé. Cela sent bon les épices et les saveurs d’un terroir aéré ; on entend aussi crépiter les fourneaux. C’est la direction du restaurant qui est ici en jeu, un mandat de président de République, allergique au  cumul ; c’est aussi de valeurs et de compétence qu’il s’agit. Le client en est seul juge.

Cela se passe près de chez nous. Sommes-nous mieux « nourris » ? La cuisine est-elle moins lourde à digérer ? Serions-nous incapables de choix citoyens ?

Où sont les grands chefs toqués ? Où sont les tocards ?

Jean-Luc Lefèvre

Publicités

2 réflexions sur “ Et si l’on parlait cuisine ? ”

  1. Est-ce que Fillon sera ce grand « chef étoilé » pour la France…??? Bien qu’étant personnellement favorable à sa politique familiale (que le PS d’Hollande et sa clique à complétement foutu en l’air), je me demande tout de même si sa politique économique ne sera pas trop indigeste pour les Français… à comparer avec celle d’un Juppé ou d’un Bayrou, qui a l’air moins « austère » (économiquement parlant)!!! Le menu de la futur élection présidentielle française, s’annonce intéressant et plein de surprises…

    J'aime

    1. Quelle sera la qualité du menu « Fillon »? Ce n’est pas mon problème en tant que belge francophone. A la différence de ces hommes et femmes politiques wallons qui soutenaient JUPPE dans La Libre ce dernier W.E., je ne prends pas, non plus, « parti », dans aucun sens du terme. Seule la procédure m’intéresse, celle des primaires, qui mobilise plus de quatre millions de citoyens, et donc des électeurs, une procédure qui responsabilise: avez-vous vu ces jeunes, supporteurs de JUPPE, qui pleuraient? Et chez nous???

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s