Le CETA décrypté

« Publicité, sauvegarde du peuple », est-il écrit sur le fronton de l’hôtel de ville de Verviers. Ce n’est pas de publicité commerciale qu’il est ici question, mais de la publicité donnée au débat politique et de la volonté de rompre avec l’opacité du pouvoir. Ce principe affirmé voici près de deux cents ans, quand la démocratie n’était qu’un idéal, semble aujourd’hui d’une autre époque, en dépit de tous les radotages sur l’éducation à une citoyenneté responsable, et alors même que l’internet peut donner l’impression de transformer le monde en une tour de verre. On cède à la facilité. L’information devient plus superficielle. On obéit à des impératifs économiques.

Certes, il y a un devoir pour les médias d’informer le citoyen. Ce lundi 31 octobre, le Monde et le site allemand Correctiv ont décrypté l’accord entre l’Europe et le Canada. Des journalistes se sont plongés, enfin, dans la lecture du CETA pour en expliquer les enjeux. Heureuse initiative, assurément, mais qui survient après la signature du traité, après la polémique soulevée par les autorités wallonnes. Jusque-là, la position du journal Le Monde était tout sauf critique à l’égard du CETA. Le discours dominant, presqu’anesthésiant, voulait que la signature allait de soi, car seuls des extrémistes pouvaient avoir l’idée de s’y opposer.

Si les opposants au CETA n’étaient pas des démocrates, alors, bien sûr, le respect de la démocratie exigeait de signer sans se donner la peine de comprendre, ni même de lire, et puis zut on se passera de votre accord… La démocratie a-t-elle encore le même sens pour tout le monde ? Au vu de ce qu’on peut lire à présent dans le Monde, on doit bien convenir qu’il y a, dans cet accord commercial, de réelles menaces pour la démocratie. On a le droit d’y être attentif. Force est de constater qu’un journal dit « de référence » était loin de vouloir attirer l’attention de ses lecteurs sur ce qui pouvait, légitimement, faire débat.

Les décideurs n’avaient manifestement pas l’intention d’ouvrir le débat. La résistance de la Wallonie, qui n’avait pourtant rien de révolutionnaire, a été traitée avec une certaine arrogance. La Commission européenne devrait en tirer des leçons; on ne doute pas qu’elle le fera mais, à voir les réactions des uns et des autres, il est à craindre que ce ne soit pas dans le sens d’une plus grande légitimité démocratique.

Voici le lien vers le dossier du Monde : Au cœur du CETA.

Lire aussi : Je suis patron et contre le CETA (« Walter Feltrin, administrateur délégué ABM-TECNA est opposé au traité. Pour lui, les promesses et bénéfices juteux pour les PME ne sont que poudre aux yeux » : cette carte blanche a été publiée sur le site du journal Le Soir le 25 octobre passé.)

Publicités

2 réflexions sur “ Le CETA décrypté ”

  1. Il semble étrangement répétitif que les critiques à l’encontre d’un traité « européen » n’apparaissent qu’après les signatures. Dans le cas présent, il ne subsiste comme obstacle aux problèmes annoncés que l’épreuve de la ratification et encore. Critiquer alors que les effets d’un traité s’enclenchent dès la signature, donc bien avant la ratification, relève du cynisme pur, de l’arrogance à l’encontre des peuples d’Europe et de la négation de la démocratie. Dans l’affaire du CETA comme dans les cas antérieurs des traités européens les instances gouvernementales et les médias, soumis à leurs ordres, ont toujours manœuvrés au détriment des populations.
    Les monarques de l’Ancien Régime vont bientôt apparaître comme des « braves types ».

    J'aime

  2. Préalablement à la mise en route du CETA, l’union de B(elgïe)Post et de Post Nederland.
    Qui vont devenir les petits poucets là dedans ?
    A suivre.
    Pourquoi ne pas prévoir la régionalisation de la Poste, vu la privatisation rampante de cette société, et une alliance wallonne avec la Poste française ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s