La Belgique et la Wallonie en pleine lumière

En soi, l’enjeu du CETA dépasse largement celui de la politique locale ou régionale, mais il fallait que s’exprime une volonté politique.

Il y a d’abord eu le Parlement wallon qui, très tôt, s’est saisi du dossier. Puis ce fut l’heure de Paul Magnette : en sa qualité de Ministre-Président de la Wallonie, il a montré à l’Europe et au Canada que la position de son parlement méritait qu’on s’y attarde. A présent, les opposants au CETA comptent sur la Wallonie et ils le font savoir. Un peu partout en Europe, et même au Canada, le citoyen ordinaire commence à se poser des questions. C’est peut-être une vague qui monte et l’amorce d’un retournement. Et voilà que le Parti socialiste, avec Elio Di Rupo à sa tête, s’engage à fond dans ce combat qui lui donne une nouvelle raison d’exister.

En soi, l’enjeu du CETA dépasse largement celui de nos querelles communautaires, mais ce dossier est potentiellement explosif pour les relations entre la Flandre et la Wallonie, et nous devons ici nous réjouir que la Wallonie ait choisi d’affronter son destin. Ce qu’il faut prendre en considération, ce n’est pas seulement la fin annoncée de l’Etat belge mais aussi la façon d’en sortir, sachant que la N-VA dit clairement vouloir pourrir la vie des Wallons pour les pousser à demander le divorce aux conditions qu’on leur imposera. Sur ce coup-ci, la Wallonie fait mieux que se défendre. On n’est plus au temps de la Question royale, évidemment, mais l’esprit de résistance est à nouveau là.

Nous ne pouvons pas nous empêcher de relier ce dossier, qui met la Belgique et la Wallonie en pleine lumière, à la situation particulière d’un pays qui n’en est plus vraiment un. Aux yeux de Jacques LENAIN, qui est français, ce qui se passe actuellement révèle la vraie nature de la Belgique aujourd’hui. Voici son analyse :

Cette affaire du traité CETA UE/Canada est une manifestation de plus de l’inconsistance structurelle de l’Etat central belge, après cette autre preuve que fut la COP 21 (où la Belgique ne put apporter sa contribution « commune » chiffrée à la réduction des gaz à effet de serre). Une preuve de sa décomposition continue. Du caractère déjà « confédéral » de l’entité belge, une entité qui ne se commande plus elle-même, qui est commandée par ses membres (certains se souviendront que j’ai exposé les quatre phases historiques et chainées du « confédéralisme » belge en décembre 2014 (« confédéralisme » culturel, puis politique, puis institutionnel puis enfin financier ; voir sur mon site ma dernière note : Le Projet d’Intégration-Autonomie, un projet pour la Wallonie et Bruxelles avec la France. Du nécessaire au possible).

Ni la Californie, ni la Bavière, ni la Lombardie, ni la Catalogne ni l’Ecosse, ni le Québec, ni aucune entité fédérée de quelque État, État belge excepté, ne peut empêcher son État central de signer un traité international, dans quelque domaine que ce soit. Alors que chacune des six entités fédérées belges le peut, une situation unique au monde ! Un fait stupéfiant pour le monde entier car il dévoile le caractère résiduel de l’Etat belge, de son absence de substance, de la superficialité de sa souveraineté interne et internationale. Et surtout un fait annonciateur inéluctable de sa future disparition, dont seule l’échéance nous reste inconnue (ainsi que certaines de ses modalités).

Magnette dit que la Wallonie a le même pouvoir constitutionnel qu’un État membre de l’UE. C’est à la fois vrai et faux, constitutionnellement et politiquement. C’est vrai car c’est le pouvoir de dire « non » (au moins pendant un certain temps…). C’est faux car ce n’est pas celui de dire « oui », puisque la Wallonie, comme la Flandre (et chaque autre entité fédérée belge, dans son domaine de compétence, ne peut négocier ni signer, seule, le moindre traité international (malgré ce que semble autoriser la constitution belge…). Au grand regret des nationalistes flamands, qui veulent l’indépendance sans oser la faire (à cause de leur refus de perdre Bruxelles) et des ultra-régionalistes wallons, qui veulent l’autonomie maximale sans en avoir les capacités ni les moyens (notamment financiers). Deux forces antagonistes qui, à leur insu, se ressemblent de plus en plus en ce qu’elles participent désormais, l’une comme l’autre, chacune à sa manière, au minage des dernières structures belges ! Voilà une contradiction insurmontable pour les dirigeants wallons, une contradiction croissante, une mine de plus sous les pas du PS « francophone », obligé de se gauchiser pour conserver son électorat afin de rester au pouvoir, et, alors même qu’il fait tout pour conserver la structure protectrice belge aussi longtemps que possible, pour simplement gagner du temps, faute de disposer de la moindre stratégie alternative pour protéger la Wallonie de l’étranglement financier progressif engagé par la « sixième réforme », en vient, à son tour, à saboter lui-même cette structure pour servir cette « gauchisation »! Ce n’est pas seulement à la « communauté internationale » que Magnette parle ainsi : il parle aussi à la Flandre, et comment ! Et les dirigeants flamands n’aimeront pas jouer longtemps à « qui perd gagne »… (Jacques Lenain)

Publicités

6 réflexions sur « La Belgique et la Wallonie en pleine lumière »

  1. Hélas, les socialistes en France ne partagent pas la même vision protectrice de leurs agriculteurs et de leurs industriels. Colbert doit se retourner dans tombe !

    J'aime

  2. La position francaise est deplorable. La France est en 1958 mais
    oú est De Gaulle ? Le traité TIPP a été rédigé exclusivement en
    anglais allemand et francais autres langues officielles de l’UE sont
    méprisées et la France socialiste s’incline, Le Polonais qui est
    président de l’UE ne parle pas un mot de Francais, Ni De Gaulle
    ni Mitterand n’auraient accepté un tel président

    J'aime

  3. Au diable la modestie!

    La vraie France se trouve à Namur. Elle s’y exprime en cette fin d’octobre 2016. Ce ne sont pas les politiciens de rencontre qui occupent les postes dirigeants à Paris qui seront à la hauteur de l’enjeu. Pas en ces moments-ci en tout cas.

    Partout, dans toutes les capitales européennes, on reste stupéfait de tant d’audace et puis on se dira que c’est la seule bonne attitude.

    Courage à nos députés et surtout tenez bon.

    J'aime

  4. Dans « Le Monde » de ce jour (p.4), J-P Stroobants rend bien compte de la situation. La Flandre « découvre », par la « posture » présente de la Wallonie, ce qu’est le « confédéralisme  » qu’elle a imposée à la Belgique française, à savoir qu’un « Etat central » qui n’en est plus vraiment un (ni un vrai « Etat », ni « central ») est gouverné par ses entités « confédérés », et peut donc être paralysée par une seule d’entre elle…La Wallonie, ou plutôt le PS Wallon, joue à son tour de cette faculté. C’est ce qui est nouveau. Désormais, ce n’est plus l’action de la seule Flandre qui menace l’existence de la Belgique… Les risques mortels en seront multipliés. Et Il y aura donc d’autres crises de ce genre, après que celle-ci aura été surmontée…Et l’une sera la dernière…

    J'aime

  5. @Lenain Jac

    Puissiez-vous dire vrai M. Lenain…

    Néanmoins, je suis fier d’être wallon avec cette histoire du CETA!!! Résister comme ça, dans son propre pays (face à la Flandre qui aurait tout signé), face à l’Union Européenne (qui en impose et en a déjà imposé bien assez comme ça!!!) et face à une puissance mondiale comme le Canada, je dis chapeau bas M. Magnette. Si seulement il mettait autant de caractère face aux flamands en ce qui concerne les problèmes communautaires, en osant lancer une phrase du style: « vous voulez être indépendants (ou vous rattacher aux Pays-Bas), et bien allez-y, la Wallonie ne vous retient pas… »!!! Il me ferait encore plus plaisir! Et là seulement, un porte vers un retour à la France s’ouvrirait en grand…
    Quand aux socialistes français, dans 7 mois, ils dégagent…pour qui, ça j’en sais rien, mais ça sera toujours ça de pris!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s