Mais où sont donc les citoyens wallons ?

Le Wallon apathique ? Qui s’en étonnera ? Les médias et les décideurs de tout poil nous servent leur belgitude à longueur de journées dans tous les domaines. Qui s’étonnera dès lors que le Wallon soit demandeur de Belgique, nostalgique d’un pays dont la Flandre ne veut plus depuis longtemps. Bien des Wallons rêvent de refédéraliser des compétences accordées aux Régions et aux Communautés, d’un retour à la Belgique de grand-papa.

Pouvez-vous me citer une compétence, une seule, qui de la Région ou de la Communauté, soit retombée dans l’escarcelle du Fédéral lors des différentes réformes de l’Etat. Ne cherchez pas trop longtemps : cela n’existe pas. Et pourquoi ? Parce qu’une grande majorité de Flamands n’en veut pas. Leur projet est ailleurs.

Flandre, Wallonie et Bruxelles n’ont plus de projet de société commun. La Flandre a un projet cohérent pour elle-même. La question que les Flamands, hommes politiques, responsables sociétaux et médias se posent est : comment faire pour conserver notre niveau de vie, notre prospérité, nos emplois face à la mondialisation ? Leur réponse est : effectuons des réformes fiscales, sociales et économiques et emparons-nous de tous les leviers de commande importants qui restent du domaine de l’ Etat fédéral belge.

Autonomie, fédéralisme, indépendance, confédéralisme, le vocabulaire n’est jamais très clair chez les Flamands, mais quel que soit le mot utilisé, les mesures, les réformes successives ont pour objectif la paralysie du pouvoir fédéral pour aboutir à la naissance d’un état flamand.

En face, les décideurs politiques wallons ont les mêmes outils dévolus aux régions lors des réformes de l’état central. Ils s’en servent pour gérer la Région au jour le jour. Certes les différents plans Marshall ont établi des stratégies pour le moyen terme, mais ils n’ont pu accorder que de maigres milliards d’euros là où il aurait fallu des montants quatre à cinq fois plus importants. D’autre part, l’argent venant du fédéral pour assumer les nouvelles compétences ne tient pas ses promesses.

Il ne faut pas être grand argentier pour appréhender les difficultés que va connaître la Wallonie après la 7ème réforme de l’état. Celle-ci touchera le cœur de la sécurité sociale et mettra petit à petit fin aux transferts nord-sud.

Tant que les Wallons n’auront pas fait le deuil d’une Belgique fédérale dont les Flamands ont constaté l’échec depuis longtemps (officiellement depuis 1999 par leur parlement), il ne faut pas s’attendre à les voir accorder leur confiance au gouvernement wallon. L’article ci-dessous illustre assez bien l’ état d’esprit du citoyen wallon. Pour que celui-ci change, il faudrait que médias et responsables sociétaux cessent d’occulter la vérité belge au peuple wallon. Il faudrait aussi que leur soit proposé des projets de société qui les concernent. Il appartiendrait alors au citoyen de choisir un projet qui assure à la Wallonie un véritable avenir.

Notre mouvement citoyen propose un projet solidement étayé (voir sur ce site) : l’intégration-autonomie de la Wallonie dans la République française.

Paul D.

Le Wallon snobe son parlement

Source: Le Vif/l’express du 29 juillet 2016

Le parlement de Wallonie se frotte douloureusement à la démocratie interactive. Pétition électronique, consultations en ligne du travail parlementaire : la main tendue au citoyen est très rarement saisie.

Wallonnes, Wallons, à vos souris ! Bien en vue sur la page d’accueil du site du parlement de Wallonie, le slogan en perpétuel mouvement accroche le regard : « Il n’y a pas que le jour des élections que votre voix est importante. » Interdit de rire : l’onglet « Votre avis » incite le visiteur à mettre son grain de sel dans la cuisine parlementaire et à prendre ainsi conscience qu’il est aussi (quasi) chez lui au parlement.

Que le citoyen lève le doigt et parle : il sera entendu. Point besoin de patienter jusqu’à la future consultation populaire à l’échelle régionale pour qu’il ait l’occasion de s’en convaincre. Libre à lui de déjà goûter aux délices de la démocratie digitale à la wallonne. Bienvenue dans l’ère de la pétition par voie électronique pour relayer un combat, et de la consultation publique en ligne pour commenter et nourrir le travail législatif des députés. Avec même, pour les plus mordus et les moins farfelus, la possibilité d’être entendu en séance…

Lire l’intégralité de l’article du Vif/L’Express.

Publicités

4 réflexions sur “ Mais où sont donc les citoyens wallons ? ”

  1. J’adhère totalement au texte de présentation de l’article de M. Paul D. et notamment cette phrase: « Tant que les Wallons n’auront pas fait le deuil d’une Belgique fédérale dont les Flamands ont constaté l’échec depuis longtemps… » et j’ajouterais simplement: « tant que les Flamands n’auront pas donné le « coup de grâce » à cette Belgique fédérale dont les Wallons s’accrochent tels des morpions, il ne se passera rien d’autre côté wallon… »! Malheureusement! Le projet France est pourtant le plus logique, le plus beau, le plus intéressant pour la Wallonie! Sans une déclaration totale d’indépendance de la Flandre, ça se fera jamais!!! En tout cas pas d’une initiative wallonne anticipée, ça je ne le pense pas! Il faudra un « électrochoc »!!!

    J'aime

    1. Vous avez raison, cela n’a l’air de rien, mais ce sont ces petits détails, qui les uns derrière les autres, participent d’une prise de conscience : les Flamands l’ont bien compris depuis longtemps, qui ont banni de leur vocabulaire le terme « belge » (Belg, België, …) pour tout transformer en « Vlaams ou « Vlaming », ou qui repeignent en jaune et noir les poteaux des feux lumineux. Mais pire que la météo, il y a sur les ondes « francophones », les bulletins concernant l’état du trafic routier, où chaque matin l’auditeur de Libramont, de Namur ou de Charleroi est informé des bouchons sur le « ring » d’Anvers ou des ralentissements entre Affligem et Ternat …

      J'aime

  2. Avant tout électrochoc, il semble nécessaire de déciller les yeux des Wallons par étapes successives mais rapides. Un simple exemple: en télévision les cartes météorologiques se dessinent selon les frontières étatiques ou régionales ou par continent (pour des chaines européennes). Il est urgent que la carte de la Wallonie se démarque clairement et non plus celle de la Belgique, qui entraine une perception fallacieuse de la réalité. Ce n’est pas grand chose mais ce serait déjà un pas de géant !

    J'aime

  3. Ah ben essayez d’aller demander à la RTBF ou à RTL-TVi de démarquer la Wallonie sur la carte météorologique alors qu’ils sont tous à la solde de l’Etat fédéral belge (alors que franchement, on en a rien à cirer du temps à Bruges ou à Anvers)!!! C’est pas gagné, je vous l’dis!!! Mis à part les TV locales qui par exemple, TV-Lux, ici dans le Luxembourg qui font des prévisions météo pour la Province… Il faudrait comme en France, une chaîne comme France 3, qui possède des antennes régionales (France 3 Régions) et ainsi, la possibilité de voir une « météo wallonne »…
    Mais pour que ça rentre dans les habitudes wallonnes, faudrait déjà qu’il y aie l’envie de le faire, avoir une identité wallonne plus que belge!!! Une grosse partie de la Flandre se sent d’abord flamande avant d’être belge. Ce n’est pas la même chose en Wallonie où la « belgitude » est bien plus présente et majoritaire!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

La Wallonie avec la France en Europe et dans le monde