Les réunionistes wallons sous la loupe de Catherine Lanneau

Souriez, vous êtes filmés. Vos actions, si timides soient-elles, sont inscrites dans le temps long de l’histoire. Il y a des historiens qui ne perdent rien de ce qui se passe entre la Wallonie et la France. On peut discuter de la pertinence de faire entrer la Wallonie dans la République mais il est évident que, même quand ils s’en défendent, les Wallons sont naturellement tournés vers la France. Il est donc… naturel que la Wallonie s’interroge sur sa relation avec la France, dans une perspective historique, évolutive, dynamique.

Catherine Lanneau, chargée de cours à l’Université de Liège, est une spécialiste des relations entre la Wallonie et la France. A ce titre, elle a bien voulu nous offrir une conférence sur les sujets qui sont les nôtres. Intitulée « La réunion à la France : histoire et actualité », cette conférence aura lieu le 3 mai à l’Université de Liège (voir l’affiche ci-contre).

Pour ceux qui ne se sont pas encore intéressés au travail du professeur Catherine Lanneau, voici une courte présentation de son parcours (qu’on peut découvrir sur un site de l’ULg) :

Catherine LanneauL’histoire de France, chez Catherine Lanneau, est une passion. « Je m’y intéresse depuis que j’ai 11, 12 ans. J’étais une fan d’Anne Sinclair et je regardais toutes les émissions politiques à la télévision française. J’ai d’abord voulu être journaliste politique. » Un premier contact avec le monde de l’information lui fait comprendre qu’elle préfère l’analyse à la présentation rapide des faits. Reste une dernière hésitation lors du choix des études supérieures: science po ou histoire? « Je me suis dit que l’histoire était peut-être plus généraliste, qu’elle allait m’apporter plus d’ouverture. » Ce sera donc l’histoire et plus précisément l’histoire contemporaine, cursus accompli à l’Université de Liège. Bien entendu, le sujet du mémoire de fin d’étude est vite cerné: ce sera la France! Plus précisément l’image de la France en Belgique francophone à l’époque du Front populaire. Sa thèse de doctorat, défendue en 2006, s’inscrit dans la même mouvance puisqu’elle est consacrée à l’image de la France et de sa puissance en Belgique francophone de 1944 à 1951.

Son doctorat en poche, Catherine Lanneau fut chargée de recherches du FRS-FNRS en Histoire de l’Europe à l’Université de Liège, de 2007 à 2009. En 2009, elle devient chargée de cours en Histoire de Belgique et de ses relations internationales (XIXe et XXe siècles) à l’Université de Liège. Ses recherches sont consacrées à l’histoire de Belgique, de Wallonie et des relations franco-belges au XXe siècle et, en particulier, à l’action dans les médias de groupes de pression ou de réflexion. Auteure de plusieurs ouvrages et articles, elle a co-dirigé en 2013 deux volumes : Jules Destrée, « La Lettre au roi » et au-delà (Musée de la Vie wallonne – Institut Destrée) et L’Afrique belge aux XIXe et XXe siècles. Nouvelles recherches et perspectives en histoire coloniale (PIE-Peter Lang).

Publicités

Une réflexion sur « Les réunionistes wallons sous la loupe de Catherine Lanneau »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s