Quand notre santé est en jeu

Quand la santé est en jeu, en Wallonie et pour les Bruxellois de langue française, on impose un numerus clausus aussi rigide que le corset des dames du temps jadis, on impose sept examens par jour aux carabins de demain, on ergote quant aux finances des centres de garde… Tant pis pour les ruraux : ils apprendront à courir demain (dans tous les sens du terme) pour être soignés !

Quand la santé est en jeu, en France, Marisol TOURAINE, ministre française de la Santé, décide de moduler le numerus clausus en fonction des pénuries et de débloquer des moyens en faveur des maisons médicales.

Cela se passe « près de chez nous » où l’on pense autrement. Le retour des frontières, mentales dans ce coup – là !!

J. L. Lefèvre, Emptinne

Publicités

Une réflexion sur « Quand notre santé est en jeu »

  1. C’est étrange, la gauche wallonne se met au diapason de la mentalité des décideurs de Flandre comme la gauche française se met au diapason de la mentalité des décideurs de l’Allemagne ? Comparaison vaut – elle raison en ce cas ??

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s