Aéroport de Liège : les Français prêts à rester à bord

Les Aéroports de Paris estimaient que les subsides de sécurité avaient été trop rabotés par la Région.

Les Aéroports de Paris estimaient que les subsides de sécurité avaient été trop rabotés par la Région.-ÉdA – Jacques Duchateau

Surprise: les Aéroports de Paris renonceraient à quitter l’actionnariat de Liège Airport. Ce ne sera officiel que jeudi au gouvernement wallon.

Comme nous l’annoncions hier matin, une réunion de la dernière chance se tenait ce mardi entre les ministres Magnette et Di Antonio avec les actionnaires français Aéroports de Paris. En cause, la volonté affichée de ces derniers de quitter l’actionnariat de l’aéroport de Liège.

Comme toute bonne négociation, les Français ont fait monter la pression, enclenchant même via une lettre la procédure officielle leur permettant de céder leurs actions.

En charge de la politique aéroportuaire, le ministre Carlo Di Antonio paraissait coincé entre le marteau d’actionnaires proches de la rupture et l’enclume d’une Europe prompte à sanctionner tout ce qui ressemble à des aides d’État, susceptibles de fausse la concurrence. Augusta per angusta, aurait dit Bart Dewever: la victoire par des voies étroites…

Contre toute attente, la réunion de ce mardi a conduit les Aéroports de Paris à faire marche arrière. Face à eux, Di Antonio n’était plus seul puisque la réunion se tenait à l’Élysette, en présence du ministre-président Paul Magnette.

Si les Aéroports de Paris s’apprêtaient à claquer la porte, c’est essentiellement pour une raison de gros sous. La Région avait, sous l’impulsion vigoureuse de l’Europe, réduit ses subsides en matière de sûreté et de sécurité.

Ce qui signifie que si ADP a changé d’avis, c’est que la Région a revu à la hausse ce qui, voici quelques semaines, avait été proposé par le ministre Di Antonio. On peut d’ailleurs imaginer que cette proposition, dont il sera intéressant de connaître le coût financier, devra surtout répondre aux exigences des règles de la Concurrence européenne.

À qui la plume sur le chapeau?

Jeudi, il est fort probable que le gouvernement wallon la jouera collectif, en se félicitant d’avoir pu stabiliser l’actionnariat de l’aéroport liégeois. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un actionnaire privé dont la présence fait figure de caution pour l’entreprise.

Reste que derrière cette volte-face se cache aussi un bras de fer sur l’avenir des aéroports wallons entre les deux partenaires de la majorité wallonne. Et on peut dire sans se tromper que les dernières options du cdH Di Antonio étaient loin d’être au goût du partenaire socialiste.

Si ADP confirme vendredi qu’il reste actionnaire de Liège, personne ne pourra se mettre une plume sur le chapeau pour s’arroger la paternité de l’accord : Di Antonio ne s’y aventurera certainement pas au risque de se voir rappeler que sans Magnette, c’était plutôt mal barré. Une bonne nouvelle et un match nul…

Commentaire : il aura fallu que le ministre-président Magnette s’investisse à fond pour arriver à un compromis positif, là où Di Antonio avait échoué. A l’inverse de « L’Avenir », nous aurions plutôt tendance à attribuer « la plume sur le chapeau » à Paul Magnette, non ?

Publicités

Une réflexion sur “ Aéroport de Liège : les Français prêts à rester à bord ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s