Liens entre la Province de Liège et la France

Les mots employés par Michel Forêt en conclusion de son discours me rappellent immanquablement ceux prononcés par un de mes meilleurs amis, Nîmois, que j’avais invité à venir à Liège. Après plusieurs jours passés à découvrir notre Cité Ardente, il, s’était exclamé : « c’est fou, mais ici, je ne me sens pas du tout à l’étranger. J’ai vraiment l’impression  de vivre dans une ville française. »
Paul D.
Lu sur le site de la RTBF
Ce lundi midi, à Liège, dans les salons de l’Hôtel provincial, le Général d’armée Jean-Louis Georgelin, grand chancelier de la Légion d’honneur a remis au Gouverneur Michel Foret la croix d’officier de la Légion d’honneur.

De nombreuses personnalités étaient présentes pour assister à cette remise de décoration. Dans ses fonctions, le Gouverneur Michel Foret incarne le sens de l’accueil et met rapidement à l’aise ses invités : « Nous savons que la Légion d’honneur est née le 19 mai 1802 par la volonté du Premier consul, Napoléon Bonaparte, et que les valeurs qu’elle apporte sont majeures : pas de privilèges, ni d’exemptions, ni de rétributions mais la reconnaissance du seul mérite individuel acquis et non transmis. Si bien sûr Napoléon est associé à l’histoire de la Légion d’honneur, Liège est associée pleinement à la fois à l’histoire de Napoléon et à la Légion d’honneur. Napoléon est venu deux fois en visite officielle à Liège, en 1803 et en 1811. Ce qui laisse songeur si l’on sait, par exemple, qu’il ne prit jamais le temps de visiter Rome, alors que son fils en était roi. Au cours de deux derniers siècles, les traces de Napoléon à Liège se sont d’ailleurs multipliées dans les mémoires et jusque dans nos rues. Quant à la Légion d’honneur, Liège est la première ville étrangère à l’avoir reçue, le 7 août 1914, suite à la résistance héroïque de la ville contre l’envahisseur, et le premier civil décoré était Liégeois. Il s’agit du maître mineur Hubert Goffin, le seul ouvrier décoré de la Légion d’honneur de toute l’époque napoléonienne, qui sauva ses compagnons d’une mort certaine grâce à son courage lors de la catastrophe de la mine de Beaujon le 28 février 1812, suite à une inondation provoquée par un coup de grisou. Et comment ne pas citer, poursuit Michel Foret, l’un des premiers artistes à avoir été décoré de la Légion d’honneur, le musicien liégeois André-Modeste Grétry ». Voilà autant de témoignage qui permettent de dire qu’à Liège, vous êtes chez vous… », conclut Michel Foret.

Publicités

2 réflexions sur “ Liens entre la Province de Liège et la France ”

  1. Dommage que l’amour des Liegeois pour la France ne se traduise pas dans les urnes le
    parti reunioniste devrait avoir la majorité. Bonaparte lui avait fait l’Europe et elle était
    francaise tout le contraire de l’UE d¡aujourd’hui que se vautre dans sa sujétion aux USA
    et au sabir anglo americain. Grandeur et décadence

    J'aime

  2. Quoi de plus normal que Napoléon visitât sa bonne ville de Liège, elle qui avait fait la révolution en même temps que Paris en 1789, qui avait très vite voté son rattachement à la France, et qui était en outre une des principales villes de France, chef lieu du département de l’Ourthe. Foret a malencontreusement « omis » de le rappeler. Dommage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s