Ce 08 janvier à 12.00, solidarité Wallonie – France

La Wallonie aussi a observé un moment de recueillement ce 08 janvier à midi. Ci-dessous, un simple exemple de cet élan de solidarité que nous envoient Pierre et Josette Mélot.

Chers amis français (de Payzac et d’ailleurs) et quelques autres,

L’émoi est immense à Liège, notre ville où nous nous trouvons en ce moment, après l’attentat commis hier au siège de Charlie Hebdo. Partout des rassemblements, des prises de position, des communiqués qui témoignent de l’écoeurement face à un acte aussi abject et de la sympathie à l’égard des victimes, de leurs proches et, plus largement, du peuple français dont nous sommes si proches.

Ci-joint, le communiqué qui a été affiché (à notre initiative) dans le hall d’entrée et les ascenseurs de notre immeuble (30 appartements) au quai de Gaulle à Liège et qui a recueilli l’approbation générale des occupants.

Cordialement

Pierre et Josette Mélot

Message de sympathie à nos ami(e)s français(e)s

qui cohabitent avec nous dans la Résidence Mosane

 Après l’ignoble attentat perpétré hier, le 7 janvier 2015, contre le siège de l’hebdomadaire « CHARLIE HEBDO » à Paris au cours duquel plusieurs journalistes, dessinateurs et employés du périodique ainsi que des fonctionnaires de police ont été sauvagement assassinés, nous invitons les occupants de notre immeuble à répondre à la demande formulée par le président François HOLLANDE.

 Comme tous les Français de la République française, nous aurons un moment de recueillement, ce 8 janvier à midi, en mémoire de ces héros de la libre opinion et de la libre expression, valeurs fondamentales qui nous sont chères et qu’ils ont pratiquées et défendues en toute connaissance de cause jusqu’au sacrifice de leur vie.

Le conseil de copropriété

Publicités

4 réflexions sur “ Ce 08 janvier à 12.00, solidarité Wallonie – France ”

  1. L’humanité à un vrai problème… avec elle-même, donc avec ses dogmes, avec ses convictions, avec ses rêves hégémoniques, avec l’idée qu’elle se fait de « Dieu ».
    Beaucoup de ses « fidèles » doivent rire sous cape en ce moment et fêter « l’événement ». La haine est attisée et continuera à faire des petits. Peut-on se dire, sereinement, qu’un excès peut en justifier un autre ?
    Il apparaît aussi que nous oublions volontiers la sagesse du proverbe : « Qui sème le vent… »
    Les caricaturistes ayant connu des précédents, je me demande s’il était nécessaire, impératif, vital d’ajouter encore de l’huile sur le feu, sous couvert de liberté d’expression ? Où est-elle, cette liberté, si elle conduit au trépas, endeuille des familles pour longtemps et risque de faire tourner encore plus vite le cercle vicieux de la vengeance ?
    La liberté, doit-elle se nourri d’un quota de morts afin que nous la vivions avec l’assurance d’en connaître la meilleure des manières ?
    De toute évidence, le monde connaîtra encore – sinon toujours – un sérieux, disons plutôt un dramatique problème avec une religion qui demeure figée dans ses préceptes, dont bon nombre ne devraient plus avoir cours aujourd’hui.
    J’ignore d’où et de qui naîtra une solution, pour autant qu’il en existe une. Pour ma part, je pense qu’elle ne viendra pas des adeptes de cette religion qui condamne mollement, très discrètement, les excès de certains fanatiques, et dont les projets à venir seront du même tonneau que ce que nous venons de connaître.
    Faudra-t-il persister à narguer ces fanatiques, fut-ce au prix de nombreuses vies ? Peut-on dans ce cas parler de « victoire » ? Faut-il obligatoirement passer par la provocation pour se convaincre d’être libre, quitte à en mourir, alors que le but premier consiste tout de même à profiter de cette liberté le plus longtemps possible et de la meilleure des manières ? Que nous apporte vraiment la « liberté » de Charlie Hebdo ? Le sentiment de pouvoir dire ce que nous pensons à des personnes qui s’en moquent, soit s’en offusquent, c’est selon. Cette liberté heurte systématiquement de plein front un obscurantisme qui ne démordra pas de son bon droit, lui aussi. Choc des cultures, choc des mentalités, choc des libertés, réelles ou factices.
    Aussi, je me demande si nous ne pouvons pas trouver d’autres moyens d’exprimer nos points de vue, nos idées, et défendre celles-ci d’une manière moins provocatrice, moins mortelle ?
    Je cherche à comprendre, humblement, sincèrement, pacifiquement.
    J-M. Luffin

    J'aime

    1. Je suis d’accord avec votre intervention. La « liberté » est un grand mot, où commence-t-elle et où s’arrête-t-elle??? Et le proverbe: « qui sème le vent, récolte…la tempête », vous ne pouviez pas mieux trouver. Merci à vous.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s