De gauche et flamingant : c’est quoi le problème ?

Très souvent, nous nous sommes exprimés pour regretter que l’on attribue le nationalisme flamand à la seule N-VA. CD&V, Open-VLD portent avant tout la Flandre en eux. Ils se servent de la Belgique quand celle-ci peut servir les intérêts de leur nation en devenir.

Ludo Abicht nous rappelle très opportunément que cet ADN flamand est également porté par une bonne partie de la gauche flamande. Un homme politique comme Bert Anciaux, SPa, digne fils de Vic Anciaux, est un des fers de lance de ce mouvement flamand en perpétuel développement.

Quand donc les responsables politiques et sociétaux wallons et bruxellois de langue française auront-ils le courage de reconnaître cette évidence et d’en tirer les conséquences pour l’avenir de leur région respective ?

Paul D.

Ludo AbichtDe gauche et flamingant : c’est quoi le problème ?, demande Ludo Abicht, philosophe flamand et membre de Gravensteengroep. Son opinion a été publiée dans Knack.    

(…) Celui qui ne regarde pas l’histoire de Flandre par la lorgnette de l’idéologie peut… difficilement nier qu’il s’agit ici d’une véritable lutte d’émancipation des petites gens et qu’on a là un héritage qui ne peut être relégué au placard, du moins lorsqu’on cherche à comprendre la société dans laquelle on vit. Que cette émancipation s’est faite pratiquement sans violence, ce qui sous-entend par pression politique, à l’aide de loi et au moyen de l’enseignement, rend peut-être l’histoire moins héroïque, mais pas moins intéressante dans le contexte international d’aujourd’hui. Lorsqu’on regarde en Europe la floraison de nombreux mouvements indépendantistes, et ce, que ce soit en Écosse, en Catalogne au Québec, ce sont des mouvements progressistes et dans certains cas bien à gauche.

C’est donc mal connaître le monde que de dire que tous les mouvements régionaux et nationaux sont par nature régressifs et conservateurs. Ne trouvant leur place sur l’échiquier politique qu’entre la droite respectable et l’extrême droite. (…) Si le mouvement flamand veut jouer un rôle de libérateur, il doit se placer comme figure de proue pour une solidarité internationale et bien entendu se faire la voix de tous ceux qui souffrent de discrimination, de mépris et de racisme.

Pour une lecture plus complète du texte de Ludo Abicht, aller sur le site du Vif/L’Express.

Publicités

7 réflexions sur “ De gauche et flamingant : c’est quoi le problème ? ”

  1. ceci dit, ce n’est pas le nationalisme flamand qui est le problème. Ils sont libres de faire ce qu’uils veulent chez eux.
    Pour nous, Wallons, le véritable problème, c’est le nationalisme belge. C’est celui-ci qui est la cause véritable et profonde de notre déclin.

    J'aime

  2. Qui, en Belgique, qualifie de droite ou d’extrême-droite tout patriote flamand ou, même, tout patriote wallon ? Mais bien sûr, les belgicains de Bruxelles et de Wallonie, la gauche francophone de Bruxelles et la gauche wallonne.
    C’est tellement plus aisé de cataloguer, de caricaturer l’adversaire et, pire encore, de l’abaisser sous des imprécations rappelant les occupations armées de l’Allemagne.
    Refuser qu’un patriote puisse être de gauche c’est surtout dénier au peuple ordinaire le droit de choisir sa liberté et sa nation, c’est cantonner le choix à la volonté des seules « élites ».
    En Belgique, les élites du nord et du sud s’entendent comme larrons en foire tant que leurs privilèges demeurent respectés; les peuples attendront. Voilà pourquoi la montée en puissance de la NVA et son refus,jusqu’ à ce jour, de « jouer le jeu traditionnel » provoque l’effroi dans les états-majors des « élites ».
    Le référendum en Ecosse montre que cette notion de droite et de gauche n’apparait nulle part. Seule la population, sans distinction sociale comme aucune autre d’ailleurs, était appelée à donner son choix. Cela permettra aux dirigeants écossais d’exiger des Anglais que Londres abonne à l’ Ecosse des pouvoirs complémentaires et supplémentaires puisqu’ils peuvent se targuer d’avoir le soutien de 45% de la population d’Ecosse; autre chose qu’un sondage.

    J'aime

    1. Croyez-vous qu’on atteindrait 45% de favorables à la Wallonie comme région de France si on faisait un référendum sur la question en Wallonie??? J’ai un peu de mal à y croire!!! Enfin, faudrait déjà pour cela que la « situation belge » soit bien plus avancée qu’elle ne l’est actuellement…(je pense qu’il faudrait une Flandre quasi indépendante pour que ça arrive). Et je serais également curieux du résultat d’un référendum sur l’indépendance de la Flandre, réalisé au Nord du Pays…

      J'aime

      1. Non, certainement pas, mais je voulais simplement dire que le peuple ( au sens le plus large, non de gauche ni de droite) d’Ecosse, par ce référendum, donnait une assise de 45% aux partis politiques d’Ecosse pour réclamer aux Anglais la création d’un royaume uni par le fédéralisme et un royaume uni par la force et les intrigues depuis trois ans.

        J'aime

  3. CORRECTION, il faut lire: la création d’un royaume uni par le fédéralisme et NON un royaume uni par la force et les intrigues depuis trois ans.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s