Aviation: Kinshasa préfère la France

Les relations diplomatiques entre la Belgique et le Congo-Kinshasa ne brillent plus de mille feux comme à l’époque de Mobutu-Baudouin. Les responsables de la politique étrangère belgo-flamande ont plus souvent chaussé leurs gros sabots pour s’adresser au Président Kaliba que d’employer un langage digne d’une diplomatie un tant soit peu intelligente.

Récemment, par souci d’économie nous a-t-on dit, la Belgique décidait de partager ses locaux de Kinshasa avec la représentation diplomatique des Pays-Bas donnant ainsi au concept de BENELUX un nouveau petit coup d’accélérateur.

La Belgique semble oublier que la langue officielle du Congo est le français et qu’il eut sans doute été beaucoup plus logique d’activer les accords bilatéraux de coopération  signés en 2005 entre la France et la Wallonie par Michel Barnier, ministre des affaires étrangères de la République française et Jean-Claude Van Cauwenberghe, ministre-président de la Wallonie. Nous avons déjà énoncé sur ce site l’étendue des matières qui étaient concernées par ces accords qui permettraient de réaliser de substantielles économies d’échelle.

S’exprimant la semaine dernière dans la presse, le même Jean-Claude Van Cauwenberghe disait qu’il n’était plus opportun de parler de communautaire en regard des importantes  compétences transférées aux régions. Là où l’ancien ministre considère que nous sommes arrivés à une fin en soi, notre alliance Wallonie France considère que tout au contraire, nous sommes à l’aube d’un autre temps où la Wallonie aura les moyens d’exister. Encore faudra-t-il avoir des dirigeants qui osent le changement, de dirigeants qui dotent la Wallonie d’un véritable projet d’avenir, loin de la nostalgie d’une Belgique fédérale qui n’en a plus que le nom. Quel sera le décideur politique wallon qui osera dire, comme Yves Leterme, que le fédéralisme belge est un échec et qu’il est désormais bien mort ?

N-VA, CD&V et Open-VLD façonneront une Belgique confédérale qui n’aura de cesse que de construise une région flamande prospère qui se servira du mot Belgique quand  cela rencontrera les intérêts de la Flandre. Cette Belgique-là est mortifère pour la Belgique de langue française.

Nous savons que la diplomatie belge est largement flamandisée. Le moment n’est-il pas venu d’activer les accords signés avec la France qui permettraient à la Wallonie d’avoir des légations wallonnes au sein des ambassades françaises ?

Paul D.

Lu sur le site du « Vif-L’Express » (Source: Belga – dimanche 24 août 2014 à 10h54)

Coup de bambou pour Brussels Airlines et sa filiale Korongo, mais aussi pour la diplomatie belge: le gouvernement congolais a finalement choisi le groupe Air France/KLM pour gérer le lancement fin 2014 d’une nouvelle compagnie aérienne nationale baptisée Congo Airways.

© Belga

Voilà qui refroidira la mission qu’Armand De Decker mènera fin août à Kinshasa, en remplacement de Didier Reynders qui juge plus prudent de rester à Bruxelles tant que les négociations gouvernementales n’ont pas abouti.

Aux mains d’actionnaires congolais, publics et privés, Congo Airways devrait redresser un secteur aérien à l’agonie, les compagnies étant toutes sur la liste noire européenne. Le groupe franco-néerlandais pourrait également rafler au passage quelques parts de marché supplémentaires sur la ligne Bruxelles-Kinshasa via Paris.

Quant à Korongo, née en 2012, elle peine à décoller : manque d’investissements, rivalités politiques. Présidée par George Forrest (49,5% des parts du holding) et basée à Lubumbashi, elle n’opère à ce jour que sur trois destinations domestiques, avec un seul avion.

Publicités

2 réflexions sur “ Aviation: Kinshasa préfère la France ”

  1. Espérons que cela donnera le coup de grâce a la compagnie belgicaine. Le Président
    Kabila se souvient aussi que Di Rupo a snobé le sommet de la francophonie a Kinshasa
    ce que mème ses prédécesseurs flamingants n’avaient pas fait. Rien n’a a attendre des
    politiciens francophones leur seul souci est d’aboyer flamand. Comme l’a dit le souverainiste
    Paul Marie Couteaux les esclaves parlent toujours la langue de leurs maìtres et ceci
    est aussi vrai pour la France dont de nombreux politiciens se vautrent dans la soumission
    a l’anglo americain

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s