Le non-débat

                                               WALLONIE – FRANCE :

                                 C.Q.F.D : l’absence de débat politique.

___________

Comme on pouvait s’y attendre, aucun des partis politiques traditionnels n’a esquissé la moindre idée sur l’hypothèse pourtant de plus en plus plausible du rattachement de la Wallonie à la France.

Ce n’est pas une surprise de la part de ceux qui ont contribué avec peine à la 6ème réforme de l’Etat, à peine née, dont les conséquences économiques désastreuses pour la Wallonie apparaissent de  manière de plus en plus évidente.

« Nous ne sommes demandeurs de rien », disaient les partis francophones; il n’empêche : la vague de fond flamande continue à saper en profondeur tous les secteurs de la vie économique et sociale belge passés majoritairement sous contrôle flamand.

Et même à obscurcir le ciel aéronautique bruxellois pour des raisons « linguistiques » évidentes et assez surréalistes…

Toute la propagande belgicaine, qui va de l’équipe de foot à la famille royale, n’a pas réussi à masquer les fissures de plus en plus nettes de l’édifice de 1830.

Elle a même un effet contre-productif dans la mesure où, ayant fait son maximum, elle n’a pas réussi à convaincre en profondeur, se contentant de planer à la surface des choses.

Seul effet positif constaté : la Wallonie en sort plus jolie, mieux mise en valeur, et plus séduisante…

L’attitude des partis politiques traditionnels francophones  par rapport aux  institutions, et spécialement par rapport à la Flandre, fait penser  à un mikado  compliqué, où les bâtons sont à ce point enchevêtrés que si l’on touche à l’un d’entre eux, tout l’édifice s’écroule. Plus personne n’ose y toucher…

Au sein de l’Alliance Wallonie France, mouvement citoyen et non parti politique – rappelons-le ! -, nous avions espéré au moins un débat serein. Constatons, à la veille des élections qu’il n’a pas eu lieu.

L’embarras des Wallons  appelés à voter le 25 mai est de plus en plus évident. Ils ont le sentiment réel d’être dépossédés de tout pouvoir  sur l’avenir institutionnel de la Belgique, et menacés d’un virage « à  droite » non choisi, mais  imposé  par la  Flandre majoritaire.

Parallèlement, l’AWF a poursuivi son travail démocratique en profondeur. Elle rassemble de plus en plus  des gens de tous horizons politiques et de provenances diverses qui osent envisager sereinement la France comme seule alternative crédible pour l’avenir de la Wallonie.  Hommes politiques expérimentés, professeurs, décideurs économiques, jeunes et retraités : ils commencent à oser sortir du bois… Seuls les médias, en général, restent extrêmement frileux…

En fait, les choses sont en train de changer : malgré la conjoncture française difficile,  de nombreux Wallons ont désormais perçu que, en cas de rattachement à la France, leur identité personnelle wallonne sera sauvegardée comme l’ont été celles des Bretons, des Corses ou des Savoyards.

C’est le sens du concept « intégration-autonomie » qui se développe.

Ils pensent  que la France leur apportera des horizons nouveaux. Une grande solidarité.  Et des Wallons pourront à nouveau être plus présents à travers le monde, comme ils l’ont été au XIXème siècle,  du Caire à Constantinople,  de Pékin au Congo ou en Argentine.

Trop de Belges francophones hésitent encore à faire le pas vers la France parce qu’ils ont de la famille, ou des amis, ou des collègues flamands; ou parce qu’ils sont devenus bilingues; ils faut qu’ils soient bien convaincus que ces multiples liens tissés au cours des années avec des Flamands resteront en cas de rattachement à la France; ils se verront  même renforcés : notre combat n’est et ne sera jamais anti-flamand !

Les « Français d’origine belge »  pourront continuer d’écouter « Les Belges du bout du monde », suivre la Flèche Wallonne ou le Tour des Flandres,  regarder le « 12 minutes » sur FR3-Wallonie, continuer si le cœur leur en dit, de regarder « Place Royale »  où nos princes  et princesses feront  au moins jeu égal avec ceux  et celles de Monaco pour le plus grand plaisir des lecteurs de « Paris-Match » ! Et continuer d’entretenir leurs liens personnels ou familiaux en Flandre comme ailleurs !

Quant aux jeunes Wallons de demain, ils parleront  l’anglais, l’allemand, l’espagnol, et d’autres langues internationales, l’enseignement du flamand s’étant réduit comme celui des langues wallonnes  à quelques cénacles littéraires ou culturels.

Les villes wallonnes, parcourues par de jolis tramways, deviendront plus belles et plus vivantes, Liège et Charleroi retrouvant comme Lille  leur rôle de métropoles d’antan, aux portes de Paris. Et des trains modernes sillonneront toute la République, Wallonie comprise ! Notez enfin que l’Alliance Wallonie France a désormais un siège à Paris : consultez donc souvent  son site pour en savoir plus ! Vive la Wallonie, vive la France !

Georges-Henry Simonis.

Publicités

5 réflexions sur “ Le non-débat ”

  1. Si effectivement aucun des « grands partis » de la caste politique de base n’ose encore évoquer les schémas plausibles de « l’après Belgique », annoncé comme inéluctable par tout observateurs neutres empreint de bon sens, il n’en demeure pas moins, qu’en ces mêmes partis dit « traditionnels », nombre de plus en plus conséquent de leurs membres évoque, de moins en moins à mots couverts, soit ce que l’on peut appeler leurs options « rattachistes de cœur », soit « réunionistes de raison ».

    Dans la mesure où cela est du domaine public, évoqué sans ambages lors d’un édito précédent, l’analyse lucide de personnalité éminente comme, par exemple, Mr Pièrre Hazette, qui s’est à maintes reprises exprimé par le même biais, est loin d’être une voix unique ou esseulée.
    En cela, il rejoint l’analyse ou le souhait d’autres personnalités de tout bord, politiques, scientifiques, économiques ou culturelles qui chaque jour, grossisse la liste de ceux qui « voient clairs avant les autres, sans pour autant avoir tors ».

    Là n’est pas la moindre des raisons de mon engagement personnel et donc aussi celui justifiant ma présence sur les listes d’un parti existant depuis 1999, qui se veut démocratique, pluraliste et qui fait du réajustement géopolitique de ce que j’appelle la Belgovaquie l’un de ses thèmes dans la perspective vers ce que j’appelle « le retour à la dignité de nos valeurs ».

    En résumé, entre la poursuite de la marche forcée de la dictature du colonisateur flamand vers d’autres nouvelles déforme de ce qui est devenu, depuis 1963, un non État, avec la complicité et compromission de la caste politique francophone en place soucieuse de préserver encore un peu l’intérêt de ses strapontins Belgicains et la perspective, en conformité avec la Constitution de la République, de « façonner la forme de partenariat souhaitée par le biais de nos instances représentatives et/ou le citoyen Wallon », je persiste et signe pour dire qu’il n’y a pas photo, sans francolâtrie excessives, car soucieux aussi d’inscrire notre Wallonie comme 23ème région de la 5ème puissance mondiale, berceau de notre culture et de nos valeurs.

    J'aime

  2. Le fait marquant depuis toujours c’est, quelque fût le régime dominant, la « complicité et la compromission de la caste politique francophone » et le suivisme honteux des Wallons. Le pire c’est l’endoctrinement de la population par toutes les formations politiques wallonnes afin que la Wallonie se plie à cette situation dégradante.

    J'aime

  3. Il aurait été logique, compte tenu de votre pluralisme revendiqué, d’annoncer le Congrès du R.W.F. de ce dimanche. Mais bon, chacun sa vision du pluralisme…

    J'aime

  4. Mais « Monsaigneur », aucun autre congrès d’aucun autre parti n’a été annoncé ce me semble, n’est-il pas ?
    J’imagine que la « vraie presse » en aura parlé…

    J'aime

  5. Bien bel article!!! Comme je l’ai déjà peut-être mentionné, je suis de plus en plus favorable à un rattachement de la Wallonie comme 23ème région métropolitaine de France. Mais quand on voit encore la réaction des « 4 » traditionnels, et notamment pas plus tard qu’hier à l’émission « Mise au point » où était (ENFIN) invité Laurent Brogniet, président du RWF (dont j’suis affilié dorénavant…) et surtout l’écolo Nollet qui plaisante en disant « ici on parle de la Wallonie et pas de la France, on est pas sur TF1… », ça situe le niveau!!! Même pas conscient de ce qui attend les Wallons dans les mois et les années à venir… NV-A, Vlaams Belang plus une partie du CD-V (et peut-être encore dans d’autres partis politiques flamands…) , ça dépasse les 50 % de personnes favorables à une Flandre indépendante!!! Si ça fait pas réfléchir!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s