Pierre Hazette candidat à l’Europe

Pierre Hazette, l'avenirAprès dix ans d’absence, Pierre Hazette (75 ans) fait son retour en politique. Un rôle de sage, de « caution morale » à la dernière suppléance MR. Deuxième surprise, c’est sur la liste européenne du Mouvement Réformateur qu’il figure. On l’attendait plus à la Région, lui qui a été, de 1999 à 2004, ministre de l’enseignement secondaire. Son engagement pour l’Afrique a éveillé en lui une prise de conscience européenne. (Annick Govaers)

« L’Avenir » nous annonce la candidature de M. Pierre Hazette sur la liste européenne du MR. Cela ne signifie aucunement que l’avenir de sa région wallonne le laisse indifférent.

Il réitère sa conviction de voir l’avenir de la Wallonie lié à celui de la France : « sans l’aide de la France, la Wallonie va casquer », confie-t-il à la journaliste qui l’interroge.

La France est en effet un Etat où une solidarité forte joue entre ses différentes régions. Rappelons ici ce que Pierre Hazette nous disait :  » …les prochaines élections législatives risquent de confronter les Wallons à un problème existentiel… Une alliance étroite avec la République française s’impose à nous, quel que soit notre attachement à une Belgique que d’aucuns continueront à saboter, jusqu’à la faire disparaître. »

Paul D.

Publicités

11 réflexions sur « Pierre Hazette candidat à l’Europe »

  1. Bonjour,

    Appelez-vous incidemment par ce texte à voter pour Pierre Hazette qui se trouve dans le même sac MR qu’Anne Quevrin et de Belgicains comme Michel Père et Fils ou encore Alain Destexhe ?

    Merci de clarifier votre position.

    J'aime

    1. Dans tous les partis politiques, il y a des partisans d’une Wallonie française, mais beaucoup ne le manifestent pas. Quand, à l’exemple de Pierre Hazette, une personnalité politique ne cache pas son soutien à un mouvement comme le nôtre, il est normal que nous lui témoignions de l’intérêt.

      J'aime

  2. Lors de notre rencontre informelle lors de la conférence-débat organisée en octobre 2013 par l’A.W.F. nous en avions déjà devisé après l’exposé de Jules Gazon, économiste et professeur émérite de mon ancienne école de management, H.E.C. Liège, son analyse, chiffres à l’appui, allant dans le même sens.

    Nous en avions discuté ensuite en message privé, mais par respect pour lui, dès lors qu’il avait été appelé sur les listes du MR, par Louis Michel, sans doute pour éviter qu’il n’en parle de trop, je me suis abstenu de relayer sa juste analyse, d’autant que j’étais moi-même sur les listes d’un autre parti qui se veut pluraliste.

    Notre parti n’étant pas présent avec des listes aux européennes, il a de soi que Mr Hazette aura sans la moindre hésitation mon vote de démocrate.

    J'aime

  3. Le MR a trahi les francophones et le nommé Louuis Michel a signé la convention cadre
    sachant que la Fla ndre toute puissante ne la ratifierait pas. Des politiques comme Hazette
    on s’en passe
    Bien a vous
    Marcel FRYNS

    J'aime

  4. Fryns : vousn’avez pas tort,mais Hazette n’a rien à voir avec cela; j’ai beaucoup apprécié son action lorsqu’il était ministre de l’éducation : c’est un vrai défenseur de la laïcité, qui parle vrai et dont l’action est conforme à ses propos. En plus, il est rattachiste, que voulez-vous de plus ? Pour ces raisons, et bien que je ne sois pas vraiment de sensibilité MR, il aura ma voix aux européennes.

    J'aime

  5. Notez que la tête de liste du M.R . aux européennes semblait aussi vouloir évoquer cette idée de bon sens, défendue sous peu par son colistier :

    « Si à un moment donné, j’ai le choix entre un État wallon replié sur lui-même et la France, je choisirai la France. […]
    À choisir entre le cul-de-sac wallon et la France, je choisis la France. »
    Louis Michel (Le Soir, 26 août 1996)

    J'aime

  6. Mr Hazette suit la voie tracée par bien d’autres, pas très éloignée de l’analyse d’un écrivain Liégeois célèbre … :

    « La Belgique a été créée pour être un barrage contre une France alors belliqueuse (même après Waterloo, les risque de la toute puissance française hantait bien des esprits. A l’école on nous bourrait le crâne avec ses histoires de belges sorti du tombeau.
    C’était la théorie de Pirenne : avant 1830 (révolution belge !!!), la Belgique avait toujours existé, il y avait toujours eu des belges (de tous les peuples de la Gaule, les belges sont les plus braves …, notez bien de la Gaule …).
    C’était idiot.
    J’ai fait ma carrière en France.
    Je n’ai rien contre les flamands, je suis un peu flamand moi-même.
    Il ne me déplairait pas de voir une Wallonie Française, avec certaines précautions ».
    George Simenon (La Wallonie, 12/07/1996)

    J'aime

  7. « Il ne me déplairait pas de voir une Wallonie Française, avec certaines précautions ». George Simenon (La Wallonie, 12/07/1996)
    M. Ergo, je salue ce rappel des propos de G Simenon. De quelles « précautions » peut-il s’agir ?

    Ces « précautions » sont celles qui permettraient le respect de l’héritage wallon (une Wallonie séparée « étatiquement » de la France depuis 1200 ans, hors un intermède de 20 ans…), héritage qui a nécessairement une partie « belge ». Et cette « partie belge », c’est quoi ?…La LOI belge, qui « ordonne » toute la Wallonie depuis près de deux cents ans…de manière bien différente d’une « région française »…Un ensemble de règles et d’institutions qui, tout en étant assez semblables aux règles et institutions françaises homologues, n’en sont pas moins différentes, et même très différentes (exemple : droit du travail, de la sécurité sociale, qui font que syndicats et mutuelles jouent un rôle bien plus important en Belgique wallonne qu’en France…).

    Une action rattachiste opérationnelle consiste justement à faire l’inventaire de ces « précautions » nécessaires…et à vérifier que la France (l’Etat français) saurait les respecter…(ainsi, aucun chef syndicaliste ou mutualiste wallon n’acceptera une Wallonie française dont une intégration de nature jacobine le dépouillerait, lui et son organisation, de ses pouvoirs, fonctions et statuts…).

    La possibilité d’une Wallonie française est conditionnée par le ralliement des « élites fonctionnelles » wallonnes (politiques, économiques, sociales, culturelles, etc.) à cette option. Et, ces élites n’étant pas suicidaires, leur ralliement est donc subordonnée à une intégration de la Wallonie à la France par la voie d’un statut particulier de grande autonomie (ce que je nomme l’intégration-autonomie), statut propre qui préservera les positions et institutions auxquelles tiennent lesdites élites…C’est la négation absolue de cette évidence qui, jusqu’à aujourd’hui, a rendu inaudible et donc stérile le combat rattachiste « traditionnel » (ceux qui répondent « Alsace-Lorraine », comme certains, ce régime juridique « local » de toute petite substance, manifestent qu’ils demeurent dans le déni, car ils prétendent pouvoir passer sur le corps des « élites » wallo-belges pour rejoindre la France, ce qui est une posture proprement « populiste »).

    J'aime

    1. Qu’est-ce qui empêcherait Mrs Di Rupo, Magnette, Demotte, etc… et ces dames: Onkelinck, Milquet, etc…de s’occuper politiquement et économiquement de la région Wallonie (dans le cadre français)??? J’verrais bien moi M. Di Rupo préfet de région!!!!!! MDR Maintenant, nos représentants politiques wallons, auraient je pense, bien du mal à accéder au pouvoir à Paris (Président, 1er Ministre, participer au gouvernement), en tout cas, pas tout de suite… Mais c’est sans doute tous leurs « petits privilèges » actuels qui les empêchent d’imaginer un rattachement à la France et qui les poussent à vouloir sauver un Etat belge déjà mort ou presque!!!

      J'aime

      1. SamuelB, si votre conclusion est juste, votre hypothèse initiale est fausse; D’abord, les Préfets, de Région ou de département, sont des fonctionnaires, pas des élus…Pour chaque Région et Département, il y a un Président élu. Ensuite, un Président de Région française a des pouvoirs, un statut, une rémunération qui n’ont rien à voir avec ceux du Président de la Wallonie, autrement plus « intéressants »… Et cela vaut aussi pour tous les autres élus et hauts fonctionaires de droit belgo-wallon…C’est pourquoi une Wallonie « française » devra conserver, pour l’essentiel, son statut belge pour que ses élites dirigeantes se rallient à un avenir français…C’est le b a ba…Hélas ignoré par le discours rattachiste dominant…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s