Lettre ouverte au Président de la République

Le 10 octobre 2013

                                               A Monsieur le Président de la République

                                                               François HOLLANDE.

Concerne : interview aux journaux belges et au Nouvel Observateur.

Monsieur le Président,

Suite à votre intervention dans le journal LE SOIR de ce jour, je ne puis m’empêcher de vous faire part de ma déception et de mes regrets de ne vous avoir pas vu évoquer d’aucune façon l’hypothèse d’une scission de la Belgique.

Cette hypothèse est néanmoins plus que probable dès les élections de 2014 : c’est le souhait d’une Flandre majoritaire, et de nombreux Wallons et Francophones s’en réjouissent également.

L’avènement d’un pouvoir flamand indépendantiste et très à droite ne manquera pas de séduire quelques politiques francophones de droite avides de pouvoir… Il y a là, selon moi,  un risque considérable pour des centaines de milliers de Wallons.

J’appartiens à un mouvement de citoyens pour qui le retour – ou le rattachement – à la France, constitue une espérance magnifique, tant pour la France que pour la Wallonie.

Pour l’Alliance Wallonie France, Il s’agit d’un choix de cœur et de raison : quatre millions de Français de plus renforceraient considérablement la place de la France en Europe.

Actuellement, après le général de Gaulle in illo tempore, puis Jean-Pierre Chevènement, Jean-Luc Mélenchon est presque seul en France à se prononcer publiquement en ce sens, et j’espérais une ouverture de votre part dans cette direction, malgré les liens amicaux qui vous lient au gouvernement belge actuel et au Premier Ministre Elio Di Rupo, à la tête d’une difficile coalition gauche/droite et nord/sud, bien obligé de tenter de sauver une Belgique fédérale et monarchique complètement dépassée.

L’Etat belge se livre actuellement à un barnum médiatique de tous les instants en vue de requinquer l’image de la Belgique Unitaire.

Ce n’est pas le souhait de quelques centaines de milliers de francophones qui espèrent rejoindre la République Française dans des délais rapprochés et selon des modalités transitoires raisonnables. Leurs apports à la France seront considérables.

Ils renforceront en outre la place de la francophonie dans le monde, insuffisamment présente actuellement.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma plus haute considération.

Georges-Henry SimonisGeorges-Henry SIMONIS

Membre de l’Alliance Wallonie France

31, rue de la brasserie- B.5651 GOURDINNE     – ghsimonis@voo.be –

Publicités

5 réflexions sur “ Lettre ouverte au Président de la République ”

  1. Bravo, monsieur Simonis,il en faudrait davantage des lettres comme celle ci.Je suis membre du
    RWF et vous ai rencontré à Charleroi.De mon côté je vais écrire à Mr Bayrou je l’ai rencontré
    lors d’une conférence à Namur.A bientôt.

    J'aime

  2. C’est demander inutilement au PRF ce qu’il ne peut offrir. C’est oublier que ces « quelques centaines de milliers de « francophones » (« francophones », donc pas des « Français », même dans le langage rattachiste ! ?) ne s’expriment guère et agissent encore moins. Et c’est surtout ignorer que les élites franco-belges – les « Franco-Belges » qui comptent – ne sont pas demandeuses…J’ai déjà pu dire à G-H Simonis combien je ne partage pas cette façon, essentiellement sentimentaliste et sans pertinence stratégique, de mener le combat rattachiste. Mais, bon, puisque ça fait plaisir…

    J'aime

    1. « Francophone »… effectivement, ça ne veut rien dire.
      La reine d’Angleterre est également francophone.
      Ceci-dit, « Franco-belges » non plus d’ailleurs…

      J'aime

  3. Comment le Président de la République française peut-il montrer la Belgique comme un exemple de ce quoi devenir l’Europe ?
    Il aurait mieux fait d’ignorer la question ou de l’éluder car sa réponse est une gifle à la France pour son Histoire passée et même récente.
    C’est une gifle à l’Europe que de la comparer à une construction étatique artificiellement édifiée
    par les armes de puissances étrangères conduites par la  » Donneuse de leçons anti-européenne britannique ».
    C’est une gifle aux populations de Flandre, de Wallonie et de la Communauté allemande dite « germanophone » qui n’eurent jamais le droit d’exprimer, au cours des siècles, leur volonté d’indépendance ou d’union autre que l’actuelle.
    C’est montrer qu’il n’a rien retenu de ce qu’on lui a enseigné…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s