« Politique wallonne cherche gestion saine et démocratique »

Militant du rassemblement wallon historique, j’avais pensé qu’une fois le fédéralisme obtenu, nous aurions la joie de voir disparaître ce système détestable, héritage du système belge, de la primauté des partis politiques de pouvoir sur la démocratie. Loin de voir ce système s’évanouir ou du moins s’atténuer, nous avons assisté à une recrudescence de ce mode de gestion, un peu comme si ces politiciens assoiffés de places oh combien lucratives dans les intercommunales puisaient dans les caisses tant et plus avant que leurs consoeurs et confrères honnêtes, si, si, il en existe et j’en connais, sifflent la fin de la partie ou que les citoyens leur disent : « ASSEZ ! »

De « Formidable », Stromae pourrait chanter « Inacceptable » en donnant du contenu à une chanson qui ait du corps. Il ferait là œuvre utile, notamment auprès de notre jeunesse.

Dans l’attente d’une gestion saine de la Wallonie, nous devrons nous contenter, mercredi prochain, du discours du président du parlement wallon, Patrick Dupriez, écolo, qui aurait grand intérêt de se rappeler le discours qu’il a prononcé lors des fêtes de Wallonie et de balayer sur le trottoir de son propre parti qui, loin des fondateurs du parti écologiste, a très vite appris à jouer dans la cour des quatre partis de pouvoir.

Si tel n’était pas le cas, l’excellent article de Michel Delwiche, sur le site du « Vif » serait là pour lui rappeler .

Paul D.

Lisez plutôt ce qui suit :

Les intercommunales sur la table (de travail) des députés wallons

Patrick DupriezLes Fêtes de Wallonie jettent ce soir leurs derniers feux. Maintenant, le monde politique se remet au boulot. Mercredi, la séance de rentrée du parlement wallon sera consacrée à un débat sur les intercommunales.

Les députés wallons vont, ce mercredi, reprendre le chemin de leur Parlement avec, à l’ordre du jour, une proposition de décret visant à plus de transparence des rémunérations dans les intercommunales, déposée par les Ecolos, et ensuite un débat sur les missions et le contrôle de ces intercommunales (IC). En tâchant d’oublier, on l’espère, que la plupart d’entre eux détiennent précisément des mandats dans ces IC. Ou qu’ils y ont placé des amis qu’il fallait remercier ou consoler. Les quelque 94 IC que compte la Wallonie sont en effet administrées par des élus locaux choisis non pas en fonction de leur compétence, mais sur base de leur appartenance politique. Le cas de Tecteo, qui ne manquera pas d’être évoqué mercredi, a clairement démontré avec quelle facilité une décision pouvait leur être imposée. Charles Michel, président du MR, a d’ailleurs demandé ce week-end que Stéphane Moreau, le patron de Tecteo, vienne s’expliquer devant le Parlement wallon.

Au menu également mercredi le manque de transparence dans la gestion des IC et l’opacité qui règne sur les rémunérations que tout le monde pourtant, ministres comme parlementaires, admet qu’il faut clarifier. Mais le ministre des Pouvoirs locaux, Paul Furlan, ne parvient même pas à se faire communiquer, par les IC elles-mêmes, le montant des jetons de présence et autres avantages dont bénéficient les mandataires, alors que la confection de ce cadastre des rémunérations est pourtant imposée par décret.

Travailler plus et mieux

Le Parlement wallon ne peut pas rater ce débat. Il y va de sa crédibilité, et de celle de chacun de ses membres. Car les critiques sur le (non)fonctionnement de l’assemblée s’accumulent. La dernière en date vient de son propre président, le député Ecolo Patrick Dupriez qui, à l’occasion de la réception officielle des Fêtes de Wallonie samedi à Namur, n’y a pas été avec le dos de la cuillère. «Nous avons besoin d’un Parlement qui travaille plus, mieux et qui se dote des outils nécessaires à son action», a-t-il affirmé. Depuis le début de la législature, mi-2009, fait-il remarquer, les députés ont adressé 20.000 questions écrites aux membres du gouvernement, pour «faire du chiffre», avec parfois pour seul horizon l’élection suivante. Ce n’est pas tenable! «Travailler mieux, poursuit-il, c’est avant tout concrétiser notre engagement à débattre en allant au fond des choses avec l’exigence de contribuer à l’intérêt général.»

L’occasion sera donc donnée mercredi d’en faire la nécessaire démonstration.

Publicités

7 réflexions sur “ « Politique wallonne cherche gestion saine et démocratique » ”

    1. Le Soir du 21 septembre consacre un article assez conséquent aux régionalistes wallons, des partis traditionnels, satisfaits de l’évolution régionaliste actuelle ( « réalisme fondamental »). Serait-ce tellement vrai que Le Vif du 19 septembre se sente obligé de rappeler un livre de l’historien Hervé Hasquin (Les séparatistes wallons et le gouvernement de Vichy -1940/1943) afin de traiter de « La face obscure des nationalistes wallingants » ? Apparemment tous les coups bas, toutes les vilénies au sujet des Wallons ne manqueront pas en cette période préélectorale. Toutefois, encore quelques vacheries économiques comme la suppression de la gare de triage de Monceau-sur-Sambre réveilleront les braves wallons attachés à leur « petite patrie belge ». Il est vrai qu’alors, le spectre bien réel d’un « désert économique » rejaillissant brutalement, les fariboles de Di Rupo et les balivernes de Magnette n’empêcheront plus la révolution (enfin) des esprits dans la population du « sud du pays », ce « plat pays » qui fut toujours à d’autres.

      J'aime

  1. Valmy, vous dites : « Il est vrai qu’alors, le spectre bien réel d’un « désert économique » rejaillissant brutalement, les fariboles de Di Rupo et les balivernes de Magnette n’empêcheront plus la révolution (enfin) des esprits dans la population du « sud du pays »…

    Eh bien, non, c’est peut-être bien cela l’erreur… Il ne se passera probablement rien, hormis une hausse constante de la criminalité, des cambriolages, etc. La transformation sera progressive et insidieuse, et surtout camouflée par les médias.

    Qui, dans la population, osera broncher ? Personne. Il n’y a pas de société civile, pas de citoyenneté wallonne. Il n’y a que des asbl et un secteur socio-cuculturel grassement subventionnés ainsi qu’une presse qui l’est tout autant. Les médias culpabiliseront les Wallons en leur disant : « c’est de votre faute, vous ne travaillez pas assez, comme les Flamands. » Ajoutez-y une ou deux joyeuses entrées… et ils goberont tout.

    Les Wallons sont belgifiés au-delà de tout ce que l’on peut imaginer. Même les Wallons issus de l’immigration se disent belges et croient encore en la Belgique de papa. Quant aux Français, quels signent d’intérêt donnent-ils ? Aucun. Le Français de base ne connaît pas la Belgique, du moins, il n’en connaît que le son de cloche bruxellois… qui n’est guère favorable non plus aux Wallons. Apparemment, leur spécialiste de la Belgique sur France 2… c’est Stephane Bern. On est servi.!

    Enfin, n’oublions pas que nos élites se moquent *complètement* du sort des Wallons : regardez tous ceux qui déménagent à Bruxelles, sans parler de ceux qui espèrent un poste à l’Europe. Di Rupo aurait même déclaré à De Wever : « Le Rassemblement Wallon? Oh, ce sont de vieux messieurs, ils seront bientôt morts. »

    Les Wallons croient qu’il y a un plan B. En effet, mais il ne sont pas *dans* le plan B. Le plan B. consiste à sauver Laeken et la Belgique en sacrifiant les Wallons.

    Le noeud coulant se resserre inexorablement… voilà la vérité !

    J'aime

    1. LDW, je veux bien vous suivre; vous avez sans doute raison. Mais, nombre de soulèvements sociaux eurent comme déclencheur des ventres creux. Toutefois, pensez-vous que la Flandre, jalouse de ses deniers, enrichira la caisse du Fédéral pour permettre à Di Rupo et compagnie de couler des jours heureux dans un fauteuil de parlementaire wallon grassement payé ?

      J'aime

  2. @ Valmy :

    Difficile de dire comment agira la Flandre, en effet. Tout dépendra de la puissance de leurs réseaux nationalistes. Mais j’ai quand même beaucoup de mal à croire à un passage en force flamand vers l’indépendance. Ils sont déjà en train d’annexer tous les secteurs clés… donc, pourquoi se lancer à l’aventure séparatiste alors qu’ils posséderont bientôt tous les leviers de commande ? Ils gagneront bien plus en jouant sur l’étiquette « belge » à l’internationale. La NVA n’est pas le Belang, vous savez.

    Il est extraordinairement piquant de voir que la Flandre est plutôt républicaine et catholique (a priori contradictoire) alors que les représentants francophones sont majoritairement maçons et royalistes ! En effet, on parle toujours de l’influence des catholiques, du renouveau charismatique, de l’opus dei… influence non négligeable, certes… mais regardez un peu les partis les plus « laïcs » et les plus logés : le PS et le MR, ce sont aussi les plus belgicains et monarchistes. Bizarre, non ?

    Alors, quand on nous dit : ah, mais attention, hein… il y a des républicains au PS et au MR. Oui mais républicains à cran de sûreté, c’est-à-dire que leur discours soi-disant républicain consiste à dire : « SI un jour la Flandre nous lâche, alors oui, peut-être éventuellement, si la météo le permet, nous nous tournerons vers la France. »

    Et vous pouvez être assuré que ces républicains d’opérette de Portici feront tout, mais alors, n’importe quoi, pour conserver la monarchie et leur Bernique chérie. Même un « simple » rapprochement à la France, sur le modèle Lenain, ils feront tout pour le saboter.

    Nous sommes sa-cri-fia-bles. Et leur idole s’appelle la Belgique. Et si vous comptez sur des émeutes wallonnes contre le gouvernement… Si émeutes il y a, ce sera plutôt des émeutes inter-ethniques ou inter-communautaires si vous préférez : la société multiculturelle imposée à la Wallonie sera un autre facteur de désagrégation et d’éparpillement des forces. Personne ne combattra pour la Wallonie… d’abord, parce que la majorité ne se sent pas Wallonne, mais belgo-quelque chose. Ensuite, parce que la majorité n’identifie pas la Belgique comme une menace, mais au contraire, comme une protection.

    L’union soviétique a mis du temps à s’effondrer, certes… Mais un effondrement, ça peut prendre des décennies et laisser plusieurs générations sur le carreau…

    J'aime

  3. C’est triste à dire mais votre point de vue tient la route (je reste un vieux romantique). Il est, hélas, bien vrai que les soulèvements des années cinquante et soixante furent plus trahi par les instances politiques, particratiques, syndicales et religieuses wallonnes que matées par les argousins et la maréchaussée belges. Bien à vous.

    J'aime

  4. Pour être plus constructif, voici quelques pistes… sans grande illusion, toutefois.

    1) l’exil pour ceux qui en ont les moyens, mais c’est de la lâcheté et cela prouve encore plus l’absence de patriotisme wallon.

    2) la possession d’armes étant interdite, du moins aux Wallons de souche, sécurisez vos biens : fenêtres blindées, alarmes, etc. Un tel investissement est plus que nécessaire vu les temps qui s’annoncent. Des moyens peu coûteux existent. Il faut se renseigner.

    3) Vu qu’il n’existe aucun réseau wallon porteur, privilégiez les « micro-actions légales et démocratiques. » Inutile d’aller crier Vive la république aux joyeuses entrées. Vous vous ferez boucler, personne ne vous soutiendra et cela ne changera rien.

    En revanche, il faut investir les forums de réflexion français, de préférence les forums patriotiques ou identitaires. Avant de faire la grimace songez que ce sont peut-être les *seuls » qui prêteraient volontiers une oreille aux arguments rattachistes. Or, les belgicains y sont déjà fortement présents, de sorte que ceux qui s’imaginent qu’au dernier moment, le peuple Français va voler à notre secours, ceux-là se font des illusions.

    Le problème, c’est que le RWF refuse la main tendue des natios français. C’est compréhensible : si le RWF répondait à cet appel, les médias belgicains disposeraient d’une superbe corde pour les pendre.

    Néanmoins, faute d’une jonction politique et populaire entre patriotes français et wallons, les scénarii de rattachement restent des pures hypothèses de diplomatie, une vue de l’esprit.

    Bien à vous,

    Le Dernier Wallon

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s