Ensival-Moret Belgique, à mille lieues du coup de pompe !

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire suivre l’article que m’envoie Nico Cué, secrétaire général des M.W.B. (métallurgistes Wallonie Bruxelles). D’abord parce que nous montrons par là que nous sommes sensibles aux victoires que marque le tissu industriel wallon et la SRIW, mais aussi parce que cela se passe à Ensival (Verviers), là où je suis né voici quelques dizaines d’années. Je suis également heureux de vous présenter un exemple qui réunit tous les ingrédients de la réussite : un personnel qualifié et performant, une gamme de produits à haute valeur ajoutée de grande qualité, non délocalisables, un groupe qui exporte aux quatre coins du monde dans plus de 100 pays et qui a su investir quand il le fallait, de vrais patrons qui ne sont pas des financiers comme Mittal, mais des commerciaux dynamiques qui connaissent leurs forces et les marchés qu’ils doivent conquérir, un groupe qui a une vision d’avenir.

Enfin, cerise sur le gâteau, la réussite est le fruit d’un mariage entre deux sociétés, l’une française, Moret, l’autre wallonne, Bertrand, qui a été relayée par la Région wallonne au moment où il le fallait.

Paul Durieux.

ensival-moret« Je travaille chez Ensival-Moret depuis 29 ans », commente un des membres de la délégation MWB-FGTB qui nous reçoit, « et je n’ai pas encore fait le tour de toute la gamme de nos produits ».

Ensival-Moret Belgique conçoit, usine, monte et répare des pompes : de toutes tailles et de tous usages, pour autant qu’il s’agisse de liquide. Même s’il y a un catalogue de base, les pompes qui sortent de chez EMB sont pour la plupart customisées sur un cahier des charges systématiquement personnalisé à la demande du client.  Elles doivent résister à des acides, ou à des hautes températures, ou à des hautes pressions, ou à tout çà à la fois.  Elles sont grosses ou petites, mais elles ont nécessairement une grande valeur ajoutée.  Les pompes standards ou de faible valeur ajoutée sont fabriquées ailleurs, par d’autres ou sur d’autres sites du groupe.

Ensival-Moret Belgique (EMB) fait partie d’un groupe né fin 2000 du rapprochement de deux sociétés familiales, l’une française (Moret) et l’autre belge (les pompes d’Ensival, appartenant à la famille Bertrand).  En 2004, une réorganisation financière a vu disparaître la famille Bertrand de la liste des actionnaires et l’entrée de la SRIW à hauteur de 30% du capital. Le groupe compte des sites de production aux 4 coins du monde, de Shanghai aux Etats-Unis, d’Inde au Brésil ou de Pologne au Chili… et de nouveaux sites sont à l’étude, le monde de la pompe est en développement constant !

Il faut ajouter à cela des filiales de service après-vente et des bureaux de représentation commerciale, pour une société qui livre ses produits, au total dans une centaine de pays de par le monde.  Enfin, le groupe vient de racheter une fonderie en France afin d’accélérer les délais de production.

Pas pour rien que l’entreprise a décidé, il y a quelques années, non pas de rénover ses locaux mais carrément de déménager et de remplacer plus que partiellement le parc machines.  Désormais sur le Zoning des Plenesses, le bâtiment accueille une station d’essai avec la fosse la plus profonde en Europe !

Et les bonnes nouvelles ne semblent pas s’arrêter là puisqu’à l’horizon 2014-2017 on parle d’agrandir les locaux, d’engager 25 ouvriers et 25 employés, d’acheter de nouvelles machines… et d’aménager le temps de travail en 3 pauses désormais.

Ce dernier point fera l’objet d’ailleurs de nombreuses heures de discussion encore entre les représentants des travailleurs et les membres de la direction.  « Nous sommes conscients de la chance que nous avons de travailler dans une boîte qui cartonne et sur une niche de produits dont on repousse sans cesse les limites » (on rêve de pompes destinées à des « solides » tels les cimenteries ou autres produits de carrière).  « Nous souhaitons toutefois souligner que cette chance n’est pas le fruit d’un simple coup de bol. »  C’est le résultat des efforts consentis par des équipes de femmes et d’hommes qualifiés, qui sont passés par les années de vaches maigres d’avant 2000 et qui n’ont jamais cessé de croire dans l’avenir d’EMB.

« Nous souhaitons continuer à aller de l’avant et enregistrer de nouvelles victoires.  Des victoires commerciales bien sûr.  Mais surtout victoires en termes de bien-être social ! »

Rosario Ponsard, Benoit Schmetz, Fabrice Nokin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s