La Flandre belge, c’est très bientôt fini !

Lu dans « La Libre » de ce 17.04.12 (lien) pour celles et ceux qui refusent de vivre la tête dans le sable…! Nous ne pouvons que répéter qu’il est urgent de se préparer sérieusement à la séparation, qu’on le veuille ou non…!

Paul Durieux

Céline Préaux, docteur en histoire de l’ULB, retrace l’histoire des relations compliquées entre Flamands et francophones.

Les problèmes linguistiques empoisonnent notre pays quasiment depuis sa création. Le problème plus que persistant qui existe entre les deux grandes communautés linguistiques du pays trouve sa source dans une situation flamando-flamande. C’est l’une des choses expliquées par Céline Préaux, docteur en histoire de l’ULB dans un ouvrage qui vient de paraître et qui s’intitule La fin de la Flandre belge, relève la Dernière Heure.

« En Flandre, les Wallons et l’ensemble des francophones sont pointés du doigt alors qu’au départ, la frustration des Flamands est née à l’égard des francophones de Flandre. Ces francophones de Flandre étaient flamands et par ascension sociale, ils ont adopté le français. Ils mettaient ainsi une barrière avec le reste de la population qui parlait flamand. »

Les conclusions livrées dans son livre par l’historienne sont d’ailleurs assez négatives pour l’avenir : « La Flandre ne fera jamais marche arrière. Il n’y aura jamais de reconnaissance des francophones de Flandre comme minorité. Une homogénéisation linguistique de la Flandre est apparue dans les années 30 et dans les années 60 avec la mise en place de la frontière linguistique et la fin du recensement. Cette homogénéité est totale. Le mythe fondateur de la Flandre s’est mis en place avec l’identification d’un ennemi commun qui est le francophone. Désormais, c’est la Flandre avant tout. La vision de la Flandre est avant tout ethnique et c’est assez négatif. »

On ne connaît évidemment pas le nombre exact de francophones qui vivent en Flandre, faute de recensement, mais selon certaines études crédibles, le nombre important de 300.000 est régulièrement cité. « Les francophones de Flandre sont amenés à disparaître. Leurs associations sont en train de s’éteindre et ils ne sont pas optimistes pour l’avenir. Ils ont cette peur de disparaître et cette peur est totalement légitime. On leur a supprimé l’enseignement et l’administration dans leur langue. »

On peut donc en conclure qu’à moins que la Flandre ne revoie ses mythes fondateurs construits manifestement sur du sable et que la vision historique qui prédomine en Flandre ne se tienne d’une plus grande objectivité, le mal devrait inévitablement s’approfondir entre les deux grandes communautés du pays.

Stéphane Tassin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s