Bernard Wesphael quitte ECOLO

Comme il l’avait annoncé, après 15 jours de réflexion, Bernard Wesphael a pris sa décision : il quitte Ecolo.

C’est un homme de convictions qui quitte un parti qui a rejoint depuis des années déjà  les pratiques des partis traditionnels francophones. A l’instar de ceux-ci, Ecolo est entré dans le système belge et en a épousé les tares : participation au pouvoir à n’importe quel prix, pouvoir absolu des présidents de parti tuant tout débat, collusions entre petits amis, cabinets pléthoriques, attachement effréné à une Belgique fédérale tournant le dos aux intérêts des régions wallonne et bruxelloise, mais qui a l’avantage de préserver les rentes de situation.

Où  sont les dirigeants d’Ecolo  qui ont vécu il y a une trentaine d’années la belle aventure de faire de la politique « autrement » ?  

Bernard Wesphael ne pouvait plus respirer dans un parti qui ne respectait plus le droit d’exprimer ses spécificités. Il a eu le courage politique d’en tirer les conséquences qui s’imposaient : merci, Monsieur Wesphael, et bonne route dans la voie que vous choisirez.

J’imagine bien que vous aurez à cœur de mettre l’Humain au sommet de vos préoccupations. J’imagine aussi que vos choix s’inspireront du siècle des Lumières et que les mots liberté, égalité, fraternité et laïcité de l’Etat seront votre ligne d’horizon.

 Paul Durieux  

Le communiqué de Bernard Wesphael

Voici le texte du communiqué que Bernard Wesphael a adressé à Belga :

« Combattant de la première heure de l’écologie politique et membre fondateur du parti, je quitte Ecolo aujourd’hui. Mais je le fais sans animosité, sans amertume et sans remords.

Au risque de décevoir les amateurs de politique spectacle, il ne faut pas compter sur moi pour invectiver ce parti qui fut le mien.

J’estime sincèrement que le combat écologiste garde sa pertinence et sa légitimité. Je pense cependant ne plus avoir ma place au sein d’Ecolo car ma conception de l’action politique ne correspond plus à celle de ses cadres.

Je pars sans animosité, en particulier à l’égard du peuple Ecolo, tous ces militants souvent formidables auxquels je dois mon parcours politique jusqu’à ce jour, en particulier à Liège. Je les respecte profondément, je leur conserve toute mon affection et je leur dis toute ma gratitude.

Certains se diront « bon débarras ». D’autres, en revanche, ne comprendront pas. En particulier, celles et ceux qui partagent les valeurs de progrès que nous avons si longtemps défendues ensemble, au sein du parti.

Pour eux, je suis sincèrement désolé. Néanmoins, je leur demande de comprendre que mon départ est non seulement une objection de conscience, mais aussi une façon d’honorer nos valeurs et de me respecter moi-même.

Je pars sans réelle amertume car la politique est d’abord un rapport de forces. Chez Ecolo, aussi. Je tire donc toutes les conséquences du match triangulaire du 4 mars dernier. Mais il est vrai que j’ai cru jusqu’au bout que, dépassant ce simple rapport de forces, les dirigeants d’Ecolo seraient capables d’assumer le pluralisme des tendances, au sein du parti, en attribuant les fonctions d’influence de façon à tenir compte de toutes les sensibilités présentes.

Soyons de bon compte, j’ai aussi pris des risques en raison de certaines positions qui ont déplu, notamment sur la laïcité de l’Etat, dans un contexte dangereux de replis identitaires.

La fondation d’Ecolo m’a, en tout cas, offert une aventure hors du commun, celle de faire partie des pionniers de l’écologie politique. Ce fut une expérience exceptionnelle pour quelqu’un qui n’avait, à cette époque, pas spécialement un bagage le prédisposant à pareil cheminement, hormis l’ambition d’améliorer le monde. Je n’ai pas perdu cet enthousiasme. J’ai été, je suis et je resterai un défricheur de possibles.

Enfin, je pars sans remords parce que j’ai l’intime conviction de m’être donné à fond durant plus de trente ans pour faire de la politique « autrement » et parce qu’il n’est pas, mes amis le savent bien, dans ma nature de m’apitoyer sur mon sort. Comme chacun d’entre nous, j’ai fait des choix, certains plus heureux que d’autres. Je les assume tous, sans exceptions.

Changez tout ! Tel est le titre de mon dernier livre. Aujourd’hui, j’entame la première page d’une nouvelle tranche de vie. Il est une chose qui ne changera pas. Je continuerai à consacrer mon énergie à oeuvrer pour un monde meilleur et donc à changer ce qui doit l’être.

Changeons donc tout ! Je quitte aujourd’hui Ecolo, non comme un homme affaibli mais comme une personne retrouvant sa liberté absolue de pensée et prenant son envol vers de nouveaux défis. J’en dirai davantage, d’ici quelques semaines, sur la forme concrète que revêtira ce renouveau.

Mon cap est déjà tracé. A cet égard, j’entends évidemment ne renoncer à aucun combat. J’œuvrerai, comme par le passé, à la réduction des inégalités sociales croissantes et absolument incompatibles avec la pérennité de nos démocraties. Je favoriserai également une citoyenneté vivante et revendicatrice.

Sur le plan économique, fidèle au « non » que j’ai opposé au Traité constitutionnel européen en 2005, je continuerai à émettre des propositions visant à mettre au pas la finance et la spéculation. Enfin, je poursuivrai mon travail de longue haleine pour la bonne gouvernance, un meilleur cadre de vie et le redressement de la Wallonie. »

Bien sûr, nous ne savons rien des projets de Bernard Wesphael, mais celui-ci intéresse manifestement Jean-Luc Mélenchon : voir, à ce sujet, l’article de La Libre.

Réponse de Bernard Wesphael : « Il y a une proximité très grande entre Jean-Luc Mélenchon et moi. Je trouve son combat admirable avec le front de gauche. Si j’étais Français, je voterais Mélenchon. » A l’égard du PTB, le ton de Bernard Wesphael n’est pas du tout le même. (Voir l’article du Soir.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s