Jean-Pierre Hupkens, Echevin de la culture à Liège nous dit …

Au cours d’une récente rencontre avec une vingtaine d’électeurs liégeois, dont des membres de l’AWF, Jean-Pierre Hupkens, Echevin de la culture à Liège, a été interrogé sur ses préférences institutionnelles au cas où la Belgique viendrait à disparaître.

Bien informé, de par sa fonction, de la situation des institutions culturelles dans les villes et régions voisines de la Wallonie, notamment françaises, J.-P. Hupkens a déclaré constater l’ampleur des moyens mis à la disposition de la Culture dans des villes comme Roubaix, Metz ou Nantes, par exemple.

S’exprimant à titre personnel, J.-P. Hupkens estime que si la Belgique cessait d’exister et s’il était avéré que les finances publiques wallonnes ne permettent pas à la Wallonie de survivre seule, il était favorable à une réunion à la France.

Gageons que son point de vue est partagé par de nombreux élus.

Publicités

2 réflexions sur “ Jean-Pierre Hupkens, Echevin de la culture à Liège nous dit … ”

  1. « s’il était avéré que les finances publiques wallonnes ne permettent pas à la Wallonie de survivre seule, il serait favorable à une réunion à la France »… L’art de ne pas se mouiller…

    J'aime

  2. La non viabilité financière d’un hypothétique Etat wallon, c’est évidemment une raison essentielle pour que le rattachement s’impose, la seconde étant que la Wallonie ne peut se constituer en un Etat-nation accolé à la France, l’énoncé même de cettre « idée » en montrant l’absurdité…comme l’autre « idée » d’un Etat Wallonie-Bruxelles…
    Cette non viabilité financière est déjà totalement avérée…par tant de chiffrages, et par ceux qui ont acompagné les « accords » d’octobre et décembre dernier. EdR l’a dit, sous le coup de la colère, aux syndicats, en janvier : « 7 millards » par an, montant, minimaliste, avoué publiquement…Voilà, très concrètement, ce que EdR et les quatre partis franco-belges croient avoir « sauvé », pour dix ans… ou moins. Et rien ne laisse présagé un brutal redressement économique de la Wallonie qui permettrait de substituer, en dix ans ou plus, une ressource wallonne à cette contribution Flamando-bruxelloise…(lequel redressement ne peut évidemment venir du transfert à la Wallonie des compétences communautaires éducatives et culturelles, dernier mirage entretenu par les ultra-régionalistes wallons).
    Le rattachement ne sera pas le résultat d’un élan du coeur, mais le fruit de la nécessité, comme il en fut pour la Savoie, il y a 150 ans…L’attachement patriotique à la France viendra ensuite, très vite…puisque les Wallons « belges » sont « des Français qui s’ignorent » (comme les Savoyards « piémontais » d’hier).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s