L’appel répété de Robert Collignon

Une piqûre de rappel est parfois bien utile …

Nous reprenons ici un article de Christian Laporte publié dans Le Soir du 25 novembre 2002.

Un nouveau Mouvement populaire wallon ?

Collignon pour une Wallonie française

Robert Collignon a de la suite dans les idées : après avoir déjà lancé un appel au rattachement de la Wallonie à la France et déploré, lors des dernières fêtes de Wallonie, que cette dernière continuait à trop raisonner dans un cadre fédéral, le président socialiste du Parlement wallon – qui tint cependant à préciser qu’il parlait à titre personnel – a rallumé le feu samedi à Mons lors d’un colloque organisé à l’initiative de France-Wallonie-Bruxelles présidé par l’ancien ambassadeur français Bernard Dorin.

Il s’agissait surtout d’évoquer la bataille de Jemmappes de 1792, mais l’objectif était de rattacher cet événement à la situation politique présente. Face à 250 militants wallons se doublant de zélateurs républicains et francophiles, Collignon a d’emblée fait remarquer qu’il y avait un fossé entre l’espoir wallon de rester dans la République révolutionnaire en 1792 et l’actuel système fédéral qui s’affirme de plus en plus comme celui de la distance et de la divergence.

Pire : la Belgique, née de l’accouplement de populations dépourvues d’affinités, est un Etat improbable et une nation impossible. Une de ses conséquences est l’actuel fédéralisme de l’ambiguïté. Après avoir cité tout un catalogue montrant que les Wallons n’ont plus rien à gagner du système actuel, Robert Collignon s’est dit très sceptique face à l’annonce d’un front de résistance qui se définit par le refus.

Sa conclusion a pris la forme d’un appel solennel à un rassemblement de tous ceux qui (…) sont prêts à œuvrer à la création d’un ambitieux mouvement populaire, seul à même de façonner l’identité et le patriotisme wallon.

Une sorte de nouveau Mouvement populaire wallon comme celui d’André Renard, au début des années soixante… mais qui ne s’inscrirait, de toute évidence, plus dans le cadre de la Belgique actuelle. A cet égard, Collignon a été très clair en citant Alain Peyrefitte, reprenant lui-même le général de Gaulle qui lui aurait dit que seul un accident de l’histoire avait empêché la France d’intégrer aussi la Wallonie…

Des propos sulfureux tenus dans les locaux de l’université plutôt qu’à l’hôtel de ville refusé aux organisateurs. Il est vrai qu’Elio Di Rupo, président du PS et maïeur montois, n’est pas sur la longueur d’onde de son francophonissime président du parlement wallon…

                                                                                            Christian Laporte

A cet appel, on pourrait en ajouter un autre, lancé le 31 mars 2007 à Maisons-Laffitte :

« La Wallonie est un peuple de langue française. A ce titre, la Wallonie regarde vers la France. Nous sommes imprégnés de cette langue universelle qu’est le français. Nous avons appris à formuler avec les mots de Balzac et de Dumas. Nous nous sommes initiés aux idées à travers ceux de Bergson et de Sartre. Il y a quelques jours, Abou Diouf regrettait que la francophonie soit une réalité oubliée. Il est temps qu’elle devienne enfin un espace solidaire et fort. La Wallonie y tiendra sa place, les yeux fixés vers le pays de Voltaire et d’Hugo, débarrassée de ses craintes et de ses humiliations, assumant librement son destin. Quand la République, par un juste retour de l’histoire, tendra-t-elle à nouveau la main à ceux que le Traité de Vienne a sacrifiés sur l’autel des équilibres de l’Europe postnapoléonienne ? »

Pour l’ensemble du discours prononcé par Robert Collignon à Maisons-Laffitte : ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s