Baromètre socio-économique

 

Il y a peu de temps, un de nos membres, Francis Monzée, réagissait à deux articles intitulés «Les Français ont de la chance…». Il m’écrivait ce qui suit :

«  Il est vrai que les tarifs pratiqués en France en matière de télécom et de poste sont largement inférieurs à ceux pratiqués chez nous. Toutefois, il est des domaines où la tendance est inversée (le matériel électronique, informatique et photo, par exemple). Mais aussi les voitures. Un ami français d’une connaissance est venu acheter sa Peugeot à Liège. Il l’aurait payée plus de 4 000 € moins cher que dans l’Hexagone. Comme disait quelqu’un «Les statistiques, c’est comme les bikinis, ça montre tout mais ça cache l’essentiel». Il faut donc rester prudent lorsque l’on diffuse ce genre d’informations. Inutile de prêter le flanc à une source de critiques faciles, me semble t-il. »

 Je trouvai son avis pertinent et le lui écrivis en retour.

Pourtant, après réflexion, je trouve qu’il y a lieu de distinguer ce qui touche le tout un chacun fréquemment (nourriture, coût des énergies,…) des achats exceptionnels dont certaines personnes n’ont d’ailleurs pas les moyens de se les permettre (tout le monde n’a pas la possibilité de s’acheter une Peugeot neuve). La première consommation est une consommation de proximité pendant que la seconde demande une réflexion souvent longue où le consommateur peut être amené à acheter loin de chez lui.

Rappelons quand même ici que l’alimentation est 8 % moins chère en France (source : test-achats) par rapport à la Belgique. Je relève d’autre part un constat récent (octobre 2011) : un chauffeur de car a acheté un ordinateur portable à la FNAC-Paris qui pratiquait pour celui-ci un prix nettement inférieur à n’importe quelle enseigne liégeoise.

 Un autre membre et ami, Jacques Monville, m’envoie une étude comparative intitulée «Baromètre socio-économique 2011». Elle émane de la F.G.T.B. et me semble d’autant plus intéressante que l’organisation syndicale reste toujours attachée actuellement à une mythique Belgique fédérale.

Voici les chiffres publiés :

 Salaire minimum brut (euros/mois) – 2011

  • Belgique : 1.415,24
  • France : 1.365

 Salaire annuel moyen brut – 2007

  • Belgique : 38.659
  • France : 32.413

 Commentaire de l’ A.W.F. : la fiscalité (Impôt des personnes physiques), étant beaucoup plus faible en France, le «salaire-poche» (ce que perçoit réellement le citoyen) est plus élevé en France pour les revenus des citoyens des classes moyennes et des classes moins favorisées. Par contre, les citoyens fortunés ont tout intérêt à choisir de venir se domicilier en Belgique afin de bénéficier d’une fiscalité beaucoup plus légère.

 Pension moyenne brute – 2008

  • Belgique : 2.019
  • France : 2.845

 Commentaire de l’ A.W.F. : les pensions belges ne sont pas parmi les plus hautes d’Europe, contrairement à une légende qui a la vie dure.

 Frais de logement en % du revenu disponible (prix du marché) – 2009

  • Belgique : 30,6
  • France : 10

 Commentaire de l’ A.W.F. : l’étude de décembre 2011 résumée par «L’écho», avait pris Paris comme référence du logement, l’une des villes les plus chères d’Europe après Londres !

Pour l’ensemble de la France, la part des frais de logement est largement moins élevée en France qu’en Belgique.

 Pauvreté en % de la population (seuil 60% du revenu médian) – 2009

  • Belgique : 14,6
  • France : 12,9

Commentaire de l’ A.W.F. : l’étude prend en compte la population belge. Si nous avions les chiffres régionaux, il est hélas bien certain que la différence serait encore bien plus nette.

 Taux de remplacement net (en %) des allocations de chômage en première période (2 ans) – 2011

  • Belgique : 75
  • France : 82

 Commentaire de l’ A.W.F. : la durée maximum du chômage en France est de 2 ans. En Belgique, il est de durée illimitée, mais cette situation est de moins en moins vraie (voir l’application des accords du gouvernement Di Rupo). De plus en plus de travailleurs sont exclus du chômage et se retrouvent au C.P.A.S., ce qui va poser de gros problèmes aux communes dans les mois et années qui viennent.

 Part en % des dépenses de santé à charge des patients

  • Belgique : 21,75
  • France : 6,93

 Commentaire de l’ A.W.F. : le prix du même médicament en pharmacie n’est qu’un exemple qui intervient dans cette différence de pourcentage.

 Commentaire général : loin de moi l’idée qui consiste à dire que la France est le paradis sur terre. Nos concitoyens wallons s’intéressent assez aux informations diffusées par les médias français que pour savoir que la France a aussi à répondre à d’importants défis.

 Je veux pourtant tordre le cou à la légende qui voudrait que la Belgique, et la Wallonie en particulier, soit, au niveau social, un pays de cocagne par rapport aux régions françaises qui n’accorderaient que des services sociaux de moindre qualité. Trop souvent, nos médias taisent le rôle important que jouent les régions, les départements et les municipalités dans le maillage social français.

 Les statistiques les plus récentes que j’ai pu trouver en ce qui concerne la part des dépenses de protection sociale dans le P.I.B. des Etats de l’ U.E. donne 30,5 % pour la France et 27 % pour la Belgique, loin des clichés perfidement répandus. (source : eurostat)

Paul Durieux

Publicités

Une réflexion sur “ Baromètre socio-économique ”

  1. Mes hospiralisations à répétition m’oblige à postposer mon départ pour la France d’Outre-Mer. Néanmoins, j’étais à Paris en septembre et notamment à la FNAC des Halles. La dame chez qui je devrais normalement habiter à Nouméa s’est vue fort surprise par un ordinateur portable moins cher à Paris alors qu’elle avait acheté le même en « hors-taxes » à Helsinki, deuxième arrêt en venant de Nouvelle-Calédonie qui est, quand même, à plus de 20.000 km de distance. Par contre là-bas, c’est l’inverse. Venant de métropole, les prix augmentent notamment à cause du transport et du système de taxation à l’importation car la TVA n’existe pas là-bas pas plus que l’euro d’ailleurs. C’est un pays français d’Outre-Mer mais pas un DOM. Il est important de savoir cela car en tenant compte de certaines disparités, la vie est en général moins chère en France, les impôts étant effectivement nettement plus bas. Les retraites sont aussi nettement plus élevées. Ancien cadre bancaire, avec l’aumône que l’Etat belge m’accorde, je serai obligé de retravailler sur la Grande Terre. Avec mes amitiés. Yves Pierlot.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s